GEORG BASELITZ – Bitte kommen Sie nach vorn / Galerie Catherine Putman (FR)

Georg Baselitz «Bitte kommen Sie nach vorn» II, 2014
|
eau-forte au trait | 103,5 x 53 cm | 10 épreuves
 .
.
.
.
.
.
GEORG BASELITZ
.
.
.
.
Bitte kommen Sie nach vorn
.
.
.
.
.

Du 16 mai

.

au 27 juin 2015

.

.

.

.

.

Vernissage
16.05.15
15 à 19
.
.
.
.
.
.

A l’occasion de l’édition de nouvelles gravures de Georg Baselitz , la galerie Catherine Putman est heureuse de présenter une exposition d’estampes et encres sur papier de l’artiste.

.

Datées de 2013 à 2015, ces œuvres sont toutes des autoportraits ou auto-représentations, comme la série de peintures monumentales que l’artiste allemand montre actuellement à la 56ème Biennale de Venise dans l’exposition ‘All the World’s Futures’, dont Okwui Enwezor est le commissaire.

Peintre, sculpteur, graveur, Georg Baselitz pratique la gravure de façon très régulière depuis le début des années 1960. Il est considéré aujourd’hui comme l’un des plus grands graveurs des peintres de sa génération. Il attaque la plaque de cuivre, de bois ou de linoléum avec autant de violence et de maîtrise que celles que l’on retrouve dans sa peinture et sa sculpture.

Bitte kommen Sie nach vorn (S’il vous plaît, avancez- vous), 2014 est le titre des quatre eaux-fortes au trait, édi- tées par la galerie, autoportraits en pied de l’artiste, nu et à l’envers. Les pieds flottent en haut de l’image, le sommet de la tête – en bas – est tronqué, le caractère hiératique de cette figure, barrée par deux lignes verticales en forme de croix et inscrite dans le format étroit de la plaque, s’en trouve perturbé, destabilisé.

Sur le même thème, la galerie présente Farewell Bill , 2013, portfolio en noir et blanc de dix gravures dont neuf sont des autoportraits de Georg Baselitz portant une cas- quette sur laquelle se trouve l’inscription “Zero”. Regard sur la figure de l’artiste: “Zero fur den maler” (Zero pour l’ar- tiste) a-t-il parfois titré avec ironie et ambiguité. Dans certaines des planches de ce portfolio, Georg Ba- selitz est à la limite de la figuration, il brouille la figure, la faisant presque disparaître avec une puissance expressive.

L’autoportrait en peinture, en sculpture ou en gravure, est récurrent dans l’oeuvre de Georg Baselitz depuis 1959. La pratique de ce genre classique, au-delà de la possible introspection qu’elle suggère, se caractérise dans ces oeuvres récentes par une grande liberté dans le traitement de l’intime et du rapport au corps.

Deux encres sur papier, non titrées de 2015 complètent l’exposition, le peintre s’y représente toujours nu, à l’envers et de dos. La position des jambes suggè re qu’il est en mouvement, en train de marcher, dans un halo de lavis d’encre noire

Hans Georg Kern est né le 23 janvier 1938 à Deutschbaselitz en Saxe, près de Dresde.En 1961 il prend le nom de Baselitz, emprunté à son village natal. Il vit et travaille à Munich. Dès le début, son travail exprime ses réactions aux traumatismes humains et aux tragédies liées à l’histoire de l’Allemagne.

Dès les années soixante, les œuvres de Baselitz font l’objet de nombreuses expositions in- ternationales personnelles et collectives.Georg Baselitz représente l’Allemagne en 1980 à la Biennale de Venise, est présent aux documenta 5, 6, 7, en 1972, 1977 et 1982 à Kassel. Le Musée Solomon R Guggenheim de New York présente la première rétrospective d’envergure en 1995, visible ensuite au Los Angeles County Museum, au Hirsh horn Museum de Washing- ton D.C., à la Nationalgalerie de Berlin et Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris. La Royal Academy of Art de Londres organise ensuite une autre rétrospective significative en 2007. De septembre 2011 à juin 2012, le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris montre une rétros- pective de son œuvre sculpté suivi en 2013 par une vaste rétrospective à l’occasion du 75e anniversaire de l’artiste au musée Essl de Vienne.

.

.

.

.

.

 

 

40 rue Quincampoix
75004 Paris I 1er étage
I T. +33 (0)1 45 55 23 06
.
LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3
.
.