SOWAT – Ars Longa Vita Brevis / RICHARD & LE FEUVRE Gallery (Genève)

 .
Some Kind of Blue
encre acrylique sur toile
162 x 130 cm
 .
.
.
.
.
.
.
.
SOWAT
.
.
.
.
.

Ars Longa Vita Brevis

 .

.

.

.

Jusqu’au 6 juin 2015

.

.

.

.

.

.

Artiste Franco-Américain, ayant grandit entre le sud de la France et Los Angeles, Sowat vit et travaille à Paris. Son parcours artistique commence le long des voies ferrées à Marseille, à la fin des années 90, par la pratique du graffiti. Durant son adolescence, il passe ses étés en Californie et découvre là-bas le chollo writing (calli – graphie utilisée par les gangs mexicains) à travers le travail de Chaz Bojorquez, une référence en la matière. Dès lors, Sowat s’applique à s’approprier ce style jusqu’à développer son propre langage.

.

De Marseille à Paris, Sowat a durant plus de vingt ans multiplié les interventions in situ – légales ou non – entouré des membres de son crew, les Da Mental Vaporz, avec lesquels il parcourt la France, l’Europe puis le globe pour réaliser des fresques et des expositions monumentales. Récemment, c’est avec Lek, figure majeure du graffiti Parisien, qu’il développe un travail à quatre mains mêlant archéologie, peintures, installations éphémères et films expérimentaux.

.

En effet, c’est avec ce dernier que Sowat se fait connaître du grand public amateur de graffiti, suite à leurs nombreux projets nés d’une passion commune : l’exploration urbaine. Ainsi, en 2011, ils mettent sur pied le projet ‘Mausolée’. Réunissant une trentaine d’artistes issus du graffiti Français, le projet est demeuré secret le temps de sa réalisation (soit durant plus d’une année) pour finalement être révélé au grand jour à travers l’édition d‘un livre éponyme, la création d’une exposition éphémère et la diffusion en ligne d’une vidéo en stop motion illustrée par une musique de Philip Glass. Le public a alors pu découvrir les multiples facettes d’un graffiti dit « Urbex » ayant envahit clandestinement les milliers de mètres carrés d’un supermarché abandonné de la banlieue parisienne.

.

L’année suivante, répondant à l’invitation de Jean de Loisy, Lek & Sowat entrent au palais de Tokyo pour reproduire ce processus créatif en s’emparant des « Entrailles » du bâtiment, soit les sorties de secours, le escaliers de service et autres espaces intermédiaires traditionnellement inaccessibles au public. Avec l’aide de Dem189 et du curateur Hugo Vitrani, ils initient le Lasco Project, premier programme officiel d’art urbain du centre d’art en conviant plus d’une cinquantaine d’artistes incontournables de cette scène bourgeonnante à venir travailler avec eux dans les lieux les plus insolites de l’institution.

.

C’est dans le cadre de ces interventions que Sowat & Lek réalisent le projet ‘Tracés Directs’ avec Jacques Villeglé ainsi qu’une vingtaine d’artistes majeurs du graffiti Français. Collaborative, cette œuvre a comme objet un tableau noir de l’institution sur lequel les artistes sont intervenus à la craie les uns après les autres, chacun effaçant ses créations ainsi que celles de celui qui l’a précédé, devant la caméra de Sowat et Lek. Orné aujourd’hui des écritures sociopolitique de Jacques Villeglé, ce tableau et la vidéo de la performance qui l’accompagne font désormais partie de la collection permanente du Centre Pompidou à Paris, soit une première pour une œuvre de Graffiti.

.

Depuis l’été 2014 et la fin de sa résidence au Palais de Tokyo, Sowat est représenté par la Galerie LE FEUVRE en France et la RICHARD & LE FEUVRE Gallery en Suisse. Sur toile ou papier, ce sont toujours ses recherches calligraphiques, exécutées au bambou ou à la bombe de peinture, qui se déploient. Tantôt lisibles, tantôt abstraites, peintes avec énergie ou minutieusement appliquées, les lignes que Sowat trace sur toile sont autant de jonctions entre le tag pur – le writing – et la calligraphie traditionnelle, entre l’univers brut des bâti – ment abandonnés et la peinture classique, entre l’énergie du graffiti, souvent nécessaire à l’intervention in situ, et le calme, la patience que requiert le travail d’atelier.

.

À propos de la RICHARD & LE FEUVRE Gallery au RICHEMOND :

.

En juin 2014, Franck Le Feuvre, galeriste parisien, s’associe à Frédéric Richard, encadreur parisien et ge – nevois, pour créer la Richard & Le Feuvre Gallery à Genève, dans le but de faire découvrir les talents de l’art contemporain urbain aux collectionneurs genevois et internationaux. En janvier 2015, RLF Gallery prolonge cette ambition à travers son partenariat avec le prestigieux Richemond, palace iconique de Ge – nève, réputé pour le lien étroit qu’il a historiquement entretenu avec l’art. L’hôtel qui célèbre cette année ses 140 ans a notamment accueilli Miró, Chagall, et Warhol. RLF Gallery s’est donc vu confier le très bel espace de « La Galerie », lieu au nom prédestiné au coeur du Richemond dans lequel seront organisées quatre à cinq expositions par an, monographiques ou collectives.

 .

.

.

.

.

.

 

RICHARD & LE FEUVRE Gallery
au RICHEMOND, Genève
Rue Adhémar-Fabri 8, 1201 Genève, Suisse
+41 22 715 70 00
.
.
.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.