JON KNOWLES – RUBBING THE KAKI / Galerie Donald Browne (CA)

.

.

.

JON KNOWLES

.

.

RUBBING THE KAKI

.

.

.

.

.

Du 18 avril
.
.
au 30 mai 2015
.
.
.
.
.
.
.

 

Vernissage le 18 avril 2015 de 16h 
.
.
.
.
.
.
.
.

 

La Galerie Donald Browne a le plaisir d’annoncer une exposition d’œuvres inédites de Jon Knowles.

.

Rubbing the Kaki est la troisième exposition de l’artiste dans laquelle il poursuit son intérêt soutenu pour l’ « abstraction procédurale » et sa relation aux autres formations discursives (notamment l’éducation, les marchés de l’art, le discours critique et les médias populaires).

.

Dans ces tableaux – comme dans les corpus précédents présentés dans les expositions Blood Oranges en 2012 et I’m only in it for the Manet en 2013 –, la toile à l’état brut et le lin qui la compose ont été arrosés de centaines de couches des couleurs primaires de polymère acrylique dilué: le jaune d’abord, le rouge et puis le bleu. Cette triade de couleurs a été pulvérisée maintes et maintes fois, indéfiniment, jusqu’à ce que la superposition des couleurs prismatiques coagule et prenne un ton terreux. Avec ce groupe de peintures, la tentative de parvenir aux profondeurs d’un noir emblématique est repoussée. La modélisation dans le tableau et un semblant de composition s’imposent avec évidence de sorte que les couches, les marques de pulvérisation, sont perceptibles. Les marques en soi consistent en de minuscules particules de taches de peinture ou d’égouttures qui s’ajoutent à l’ensemble, compris ici comme un monochrome. Les particules de couleurs pures vaporisées sont textuellement interprétées comme un agrégat de trois bases de liquides variés.

.

La concentration de la couleur conduit à l’absorption, ce qui conduit ensuite à la saturation. La saturation (à la fois littérale et métaphorique) mène à un état de distraction (le fait de regarder ailleurs, les pensées qui mènent ailleurs – on pourrait même appeler cela une expérience esthétique). Lorsqu’il y a distraction, cela peut parfois annoncer un état d’aboutissement; d’autres fois, la notion de «perfection» interrompt le processus et alors la peinture se poursuit (demeurant inévitablement dans l’atelier, en tant qu’ébauche).

.

Jon Knowles a présenté des expositions individuelles au Canada. Il a participé à des expositions de groupe à Montréal, Düsseldorf, Dundee en Écosse et à Halifax. En tant que membre de Knowles Eddy Knowles, il a realisé des performances et des expositions à Rotterdam, Francfort, New York, Vancouver, Londres, Milan, Côme, Pékin et Montréal.

 

.

.

.

 

.
.
.
.
.
April 18th 2015 – May 30th 2015
Opening, Saturday April 18th at 4 pm
.
.
.
.
.
.

Galerie Donald Browne is pleased to announce a solo exhibition of new work by Jon Knowles.

.

Rubbing the Kaki is the third in a string of exhibitions that elaborate on the artists’ ongoing interest in procedural abstraction and its relation to other discursive formations (education, art markets, criticism-discourse, popular media).

.

In these paintings – as in the previous series of works presented in the exhibitions Blood Oranges in 2012 and I’m Only in it for the Manet in 2013 raw canvas and linen have been misted with hundreds of layers of diluted acrylic polymer in primary colours: first yellow, then red, and finally blue. This triad of colours is sprayed over and over, ad infinitum, until the additive layering of these prismatic colours coagulate into an earth tone. With this group of paintings, the attempt to push toward the depths of an iconic black is attenuated. Modeling and a semblance of composition is evident so that layers, spray marks are apprehendable. The actual marks are minute particles of paint drips/blotches/stains that add up to the whole, understood loosely here as a monochrome. Sprayed particulates of pure colour are literalized here as an aggregate of three varied liquid bases.

.

Concentration of colour leads to absorption, which then leads to saturation. Saturation (both literal and metaphorical) invariably traverses towards a state of distraction (looking away, or thoughts leading elsewhere, one might even call it: an aesthetic experience). As distraction emerges, this sometimes signales a state of completion; whereas other times, notions of ‘perfection’ interupt the process, and so the painting continues (and invariably remains in the studio, ébauche).

.

Jon Knowles has presented solo exhibitions in Canada. He has participated in group exhibitions in Montréal, Düsseldorf, Dundee Scotland, and Halifax. As a member of Knowles Eddy Knowles he has produced performances, and exhibitions in Rotterdam, Frankfurt, New York, Vancouver, London, Milan, Como, Beijing, and Montreal.

.

.

.

.

m
Galerie Donald Browne
372 Sainte-Catherine ouest suite 528
Montréal, Québec Canada
H3B 1A2
m
mm
mm
m
m
Heures d’ouverture Galerie Donald Browne
Mercredi au samedi de 12 à 17 h
.
.
.
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.