Rien de plus intrusif que l’art contemporain Par Nicole Esterolle

art rupestre contemporain 
 .
.
.
.
.
Rien de plus intrusif
.
.
que l’art contemporain
.
.
.
Par Nicole Esterolle
.
.
.
.
..
.

Si vous n’allez pas à l’art contemporain, ne vous inquiétez pas il viendra à vous de toutes les façons… et les FRACs sont, pour cela, un outil d’intrusion particulièrement efficace pour s’introduire dans la vie de braves gens qui ne lui ont rien demandé.

.

Hors des jours de vernissage où l’on voit quelques responsables politiques en situation de corvée culturelle obligatoire, quelques préposés à la chose artistique, quelques culturolâtres des réseaux art contemporain et quelques têtards de la tribu des émergents locaux sur la scène internationale.. tous unis et solidaires dans le désastre ,autour de paquets de frites et d’un cubi de méchant beaujolpif, il n’y a quasiment personne pour aller visiter les expos organisées par les FRACs.

.

Et c’est donc pour pallier à ce désamour et justifier l’argent public dépensé pour eux, que les FRACs français s’activent comme des forcenés pour aller vers les classes laborieuses, leur porter le message duchampesque et les « initier » à l’art contemporain.

.

On les voit donc proposer des collations, des sorties forestières, des séances relaxation, , des ateliers tatouages, des voyages, des ballades à motocyclette avec le critique d’art Paul Ardenne, des baignades, etc… On les voit intervenir dans les maternelles, les écoles primaires, les lycées, les entreprises, les maisons de retraite, les hôpitaux, les lieux pénitentiaires, les églises, les chapelles, les châteaux, le Palais de Versailles, le Musée de la chasse et de la nature, la place Vendôme, la Monnaie de Paris, les bords de mer, de rivières et de fleuves…Et même dans la stratosphère, puisque j’apprends qu’une oeuvre de Bertrand Lavier ( son nounours à l’air vicieux posé sur un frigo) sera satellisée pour le prochain lancer d’Ariane 5, pour garder trace éternelle et post-historique de notre art d’aujourd’hui.

.

Et même dans les cavernes pré-historiques, puisque j’apprends également, que, dans cette même dynamique aussi expansive qu’ intrusive et fouisseuse, le FRAC Rhône-Alpes organise une expo d’art contemporain dans un château des bords de Rhône, pas loin de la grotte Chauvet et pour l’inauguration de la réplique en plastoc de celle-ci.

.

Cela s’appelle « Art caverne » et voilà ce qu’on peut lire sur le dossier de presse : « Une quinzaine d’artistes d’envergure internationale sont rassemblés dans cette exposition qui propose de reconsidérer le rapport entre art de la préhistoire et art actuel, en soulignant de possibles continuités et proximités. Comme si les artistes de la préhistoire avaient passé leur flambeau à certains de nos contemporains, comme si un continuum spatio-temporel les réunissait aujourd’hui. Quel regard porter sur l’art du paléolithique ? Comment en tant qu’artiste du XXIe siècle l’appréhender et le réactiver ? »…Grandiose questionnement donc… sur le continuum spatio-temporel entre le modeste artiste rupestre inconnu du paléolithique et notre prestigieux international Daniel Buren…sur la façon de « réactiver » l’art des cavernes pour le contemporanéiser et l’inclure dans les collections du FRAC rhône-alpin.

.

Et c’est ainsi que, nous dit de DP, « à partir des œuvres de la Collection du FRAC Rhône-Alpes, l’Institut d’Art Contemporain a souhaité élargir son propos en invitant un commissaire d’exposition, Pascal Pique, historien de l’art et fondateur du Musée de l’Invisible (1), dont l’expérience entre artistes et grottes (DreamTime), menée de 2009 à 2011 aux Abattoirs de Toulouse, reste à ce jour inédite. » … Inédite et exemplaire en ce sens que cette exposition carvernicole en diable de la Grotte du Mas d’Azil, fut la première à être en partie dévorée par les chauves-souris du lieu, et qu’elle fut la cause de l’emprisonnement de l’artiste voisin Claudius Cap Blanc qui avait osé soutenir à sa manière la révolte des chauves –souris contre l’intrusion de l’AC dans leur grottes.

.

Mais qu’à cela ne tienne, nous encore le DP, « Serge Pey, artiste et poète toulousain, tient à préciser: «la préhistoire pour moi n’est pas de l’archéologie ou une quête du passé mais une actualisation du présent»…et il insiste: «mettre le politique dans la préhistoire, c’est fondamental…Car pourquoi, dans le pays de la déclaration des droits de l’homme, on a mis une femme dans du formol? J’ai fait un tombeau de la résurrection pour elle et c’est un acte politique»…Une déclaration qui fera date en Midi-Pyrénées, et que l’on pourra faire figurer dans une prochaine anthologie de la poésie toulousaine…

.

1- Pascal Pique (ancien directeur de l’art contemporain et du Frac Midi-Pyrénées au Musée des Abattoirs à Toulouse), a créé Le Musée de l’Invisible, qui est une nouvelle instance de création et de recherche consacrée aux relations entre l’art et les multiples formes de l’invisible. …Le même Pique, promoteur de l’invisibilté en art se vantait d’avoir « grottifié » son Musée des Abattoirs avec l’expo qu’il y avait organisée en annexe de celle bouffée par les chauves-souris du Mas d’Azil (voir photo jointe d’une performance d’artiste pariétal contemporain)

 .

.

.

.

.

.

 .
.
.

Un livre :

.

.

« La bouffonnerie de l’art contemporain »

.

.

Le livre sera en librairies à partir du 10 mai 2015.
Il peut donc être acheté ou commandé dans toutes les librairies

.

.

.

.

.

.

.

 

Mon livre intitulé « La bouffonnerie de l’art contemporain, sous-titré « ses malheureuses victimes, ses heureux bénéficiaires », paraîtra le 15 mai aux éditions Jean-Cyrille Godefroy. On prévoit son énorme succès de librairie et un film tiré de cette histoire est déjà en préparation avec Gérard Depardieu dans le rôle de Catherine Millet.
.
Une bouffonnerie dont on ne rit pas
.

 

« On ne rit pas de l’Art Contemporain ! Le public le sait bien. Cela ne se fait pas. On passerait pour un beauf, ou pire : pour un nazi ! Depuis plus de trente ans, on est respectueux de l’AC, on est plein de componction, d’admiration ébahie. On s’incline devant sa haute moralité politique, sa « mission critique », son dérangement salvateur.
.
Nicole Esterolle a le talent insigne de démêler les sacs de nœuds sémantiques, en deux temps, trois mouvements, et hop on a tout compris ! Et quand on a compris, on rit ! Fi donc les complexes d’infériorité, les sentiments de culpabilité ! Vive la roborative rigolade ! » écrit Aude de Kerros dans la préface de ce livre.
.
Mais le comble de l’hilarant avec ce présent livre, c’est que son auteure, qui se dit viscéralement de gauche, va automatiquement, comme tous ceux qui osent dénoncer la toxicité et le ridicule de cet art, être accusée, selon la formule consacrée « de faire le jeu de l’extrême-droite » et se voir jeter à la face toute la liste des noms d’oiseaux habituels: ringarde, démagogique, réactionnaire, pétainiste, nauséabonde, populiste, poujadiste, frontiste, lepéniste, fasciste, nazie, etc., par ceux-là mêmes qui sont les alliés objectifs de l’extrême-droite.
.
Il s’avère cependant que cet amalgame simpliste devient de moins en moins opératoire pour disqualifier les critiques de plus en plus nombreuses envers le produit de cette incestueuse collusion entre la ploutocratie financière internationale et la culturocratie institutionnelle française.
.
Ce livre, plein d’informations rares et précises, arrive donc à point nommé pour parachever la levée de l’omerta sur cette anomalie historique qu’est l’art dit contemporain et pour favoriser l’indispensable un retour au sens élémentaire et au droit commun, dans un domaine ou Père Ubu était devenu le roi, entouré de ses innombrables théologiens et bouffons du financial-art.

m

Schtroumpf Emergent

.

.

.

.

.

LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3.
.
.
.
.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.