Cherchez l’erreur en prolongation jusqu’au 26 juillet / Institut des cultures d’islam, à Paris (FR)

 

 .

.

.

.

Cherchez l’erreur

.

.

.

.

 

Jusqu’au

.

26 juillet 2015 

.

.

.

.

.

Commissariat

.

Michket Krifa

.

.

.

.

.

.

La guerre sous toutes ses formes, larvée ou ouverte, fait désormais partie du quotidien au Moyen Orient. Ce qui s’annonçait aux débuts des printemps arabes comme une promesse de beaux lendemains tourne au cauchemar dans certains pays. Face à ce déchainement d’horreurs et de destruction, les femmes et les hommes luttent pour sauver une apparente normalité dans leurs vies quotidiennes. La banalité du quotidien devient une forme de résistance face à la destruction.

.

En effet, comment résister sinon en considérant que la vie continue et que finalement c’est la guerre qui est une anomalie, un intrus ?

.

C’est en poussant ce constat à l’extrême que s’articule l’exposition Cherchez l’erreur à travers les œuvres et les approches de six femmes artistes du monde arabe et d’Iran. Face aux situations absurdes, voire surréalistes, de la vie domestique en temps de guerre, ces femmes artistes déploient un imaginaire décapant pour composer un hymne à la vie, un hommage aux petits riens qui la composent et ce, en toutes circonstances. Elles y dénoncent cette terrible aberration que les hommes ont créée et qui s’immisce dans tous les interstices de la vie. Elles s’inscrivent dans la vie avant tout et accaparent tous les objets et rituels du quotidien. Elles y inscrivent les traces de la violence environnante dont elles révèlent l’absurdité. Dans cette exposition, on l’aura bien compris, l’erreur c’est la guerre et son cortège de destruction, de ravages et de menaces qui viennent s’immiscer dans le cours de la vie.

.

.

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.

Shadi Ghadirian, Zoulikha Bouabdellah, Tanya Habjouqa, Nermine Hammam, Raeda Saadeh, Gohar Dashti 

 .

.

L’art de résister, au féminin pluriel
 .

LE MONDE CULTURE ET IDEES / Par Marie Zawisza

 .

.

Un couple de mariés dans une voiture détruite affublée de festifs rubans roses, tandis qu’au loin approchent des chars… Ces mêmes amoureux devant un gâteau d’anniversaire posé sur des sacs de sable censés les protéger. Cherchez l’erreur. « Cherchez l’erreur », c’est le titre de l’exposition organisée par l’Institut des cultures d’islam, à Paris, où l’on peut voir ces œuvres de l’artiste iranienne Gohar Dashti. « J’ai grandi près de la frontière pendant la sanglante guerre qui a opposé l’Iran et l’Irak, entre 1980 et 1988. Pour ma génération, la guerre et la vie sont restées indissociables : chaque jour, d’ailleurs, les médias nous rappellent que notre pays peut être attaqué. Ce couple, dans mes photos, met en scène notre vie de tous les jours. Ces jeunes gens ne sont ni surpris ni effrayés : on les voit déterminés à (sur) vivre, entêtés dans leur vie quotidienne », confie cette jeune artiste.

.

Suite de l’article (ici)
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Institut des cultures d’islam, à Paris
56 Rue Stephenson
75018 Paris
France

 www.institutcultures-islam.org/

.

.

.

 En entrée libre du mardi au dimanche : 10h00 • 21h00

(sauf le vendredi : 16h00 • 21h00)

 .

.

.

.

.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.