Mohamed El baz – Bricoler L’incurable. Détails. Une Nuit sur Terre / Galerie Imane Farès art contemporain (FR)

.
Bricoler l’Incurable. Détails. Lovesupreme , 2014
Néon, aluminium et caisse en bois /
Oeuvre unique /
 .
.
.
.
.
.
.

Mohamed El baz

.

.

.

 Bricoler L’incurable . Détails . Une Nuit sur Terre 
.
.
.
.
.
Du 2 avril au 6 juin 2015
.
.
.
Vernissage
02.04.15
18h
.
.
.
.
.
.
.
.
.

La démarche de Mohamed El baz, né en 1967 à Ksiba au Maroc, se déploie sous la forme d’un véritable jeu de mots avec le réel. L’artiste puise ses inspirations dans les sphères qui dessinent les contours de notre réalité, en empruntant ses références autant à la nature qu’à la culture, pour proposer une nouvelle grille de lecture de notre monde. En véritable archéologue du présent, il analyse par l’intermédiaire de glissements et d’hybridations notre monde en perpétuelle mutation.

Mohamed El baz s’interroge sur les notions de frontières et de territoires, d’appartenance et de différence, autant de notions qui dressent des barrières entre individus. Plus largement il provoque et questionne notre rapport à l’autre et au monde, le rôle de l’art et celui de l’artiste. Et se positionne ainsi en intermédiaire et médiateur pour offrir une lecture de possibles.

 

Depuis le début des années 90, Mohamed El baz développe avec constance un projet d’envergure qui a pour générique « Bricoler l’Incurable », tiré notamment d’un de ses chers référents, l’écrivain et philosophe roumain Emil Cioran, qui dans son ouvrage Les syllogismes de l’amertume avance l’idée « qu’être moderne, c’est bricoler dans l’incurable ». Ce projet ambitieux, véritable condensé de sa pratique artistique, se développe comme un scénario en constante évolution dont les œuvres et les expositions fonctionnent comme autant de chapitres. Ainsi le projet du jour est constitué d’installations vidéo et sonores mais aussi d’images et d’objets, qui sont, à chaque fois, déclinées et adaptées au lieu. Il s’agit d’un dispositif qui consiste à penser en images, de façon conceptuelle, en misant d’une tentative à l’autre, d’une exposition à l’autre, sur leur confrontation visuelle.

 

Pour cette nouvelle exposition personnelle à la Galerie Imane Farès, l’artiste présente des nouveaux « détails » de son opus, de nouvelles « bricoles » dans la lignée de son incurable œuvre. Bricoler L’incurable. Détails. Une Nuit sur Terre

 

– Ami Barak, 2015

.

.

.

.

.

.

 

https://levadrouilleururbain.files.wordpress.com/2015/03/41d54-english2bversion.jpg
.
.
.
.
.
.
.
Bricoler L’incurable. Détails. Une Nuit sur Terre
 .
Mohamed El baz
.
From April 2 to June 6 2015
.
Preview April 2 at 6 pm, in presence of the artist
.
.
.
.
.
.

Born in Ksiba, Morocco in 1967, Mohamed El baz is an artist whose approach unfolds as a form of word play with reality. The artist draws his inspiration from the contours of our existence, borrowing references from nature and culture alike, to offer a new reading of our world. Rather like an archaeologist of present times, he analyses the slippages and hybridisations of our perpetually changing world.

 

Mohamed El baz questions the notions of borders and territories, belonging and difference, as they create barriers between individuals. More broadly he challenges and interrogates our relations with others, with the world, the role of art and that of the artist. He positions himself as an intermediary and a mediator to propose diverse possible readings.

 

Since the beginning of the 1990s, Mohamed El baz develops a major project under the generic banner: “ To Tinker The Incurable ”. This title is taken from one of his favourite authors, the Romanian writer and philosopher Emil Cioran, who in his book All Gall Is Divided famously states, “ to be modern is to tinker with the incurable ”. Like a condensed version of El baz’s artistic practice, this ambitious project develops like a scenario which constantly evolves and in which the artworks and exhibitions function like chapters. The project to date is composed of sound and video installations, but also images and objects, always unravelled differently and adapted to the space. It is a device that consists in thinking conceptually through images, by relying on their visual confrontation, from one configuration to another, one exhibition to another.

 

For his newest solo exhibition at Galerie Imane Farès, the artist presents new “ details ” from his opus, new “ bits and pieces ” embedded within his incurable oeuvre.

 

– Ami Barak, 2015

.

.

.

.

.

.

 https://levadrouilleururbain.files.wordpress.com/2014/08/c956d-copy2bof2barrondie2b502b25-crop.jpg
Galerie Imane Farès
art contemporain
41, rue Mazarine
75006 Paris – France
tél. +33 1 46 33 13 13
.
.
.
LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.