Du mauvais goût, du bon goût et de l’outre-goût / Billet d’humeur de Nicole Esterolle

 .
.
.
.
.
.

Billet d’humeur de Nicole Esterolle

.

.

.

.

 

.

Du mauvais goût,

.

.

du bon goût…

.

.

et de l’outre-goût.

 

.

.

.

.

.

.

Du bon goût… du mauvais goût en art : ce sont des notions foncièrement complexes pour le sociologue, mais habituelles, anciennes et faciles à utiliser … L’outre-goût, en revanche, c’est tout nouveau et c’est très contemporain… Cela se situe hors ou au-delà des critères esthétiques habituels, du ressenti et de l’entendement du commun des mortels. L’Outre goût, ou ultra-goût, n’est accessible, en fait, qu’aux personnes ultra-riches et ultra intelligentes… Cela relève du « processuel discursif » qui caractérise l’art vraiment contemporain.

L’outre-goût est représenté notamment par les œuvres du financial-artist Maurizzio Cattelan, dont je vous joins l’image de cette œuvre célèbre constituée d’un balai fiché dans une toile blanche.

L’Outre goût correspond aussi au travail de l’artiste Patrick Des Gâchons, dont j’avais complétement oublié l’existence, mais auquel le Musée de Céret consacre actuellement une importante rétrospective. Cet artiste monochromiste (voir photo jointe) dans la lignée de Mosset, avec lequel il entretient d’ailleurs d’amicales relations, doit sa notoriété au fait qu’il peint depuis 1983 le même monochrome bleu sur fond blanc, mais jamais le même exactement, puisque la partie bleue augmente de 1% à chaque nouveau tableau réalisé, ce qui fait que la bordure blanche aura totalement disparue en 2032…Il s’agit, nous dit un critique d’art des Pyrénées Orientales et néanmoins membre de L’AICA, , d’une démarche de « réconciliation entre les données matérielles et spirituelles, célestes et humaines. »… C’est dire l’importante dimension « processuelle et discursive » de cette œuvre hors d’atteinte en effet de tout essai d’évaluation en termes de bon goût ou mauvais goût, de beauté ou de laideur.

.

.

.

.

.

.

Tous les titres de Nicole Esterolle (ici)
.
.
.

m

Schtroumpf Emergent

.

.

.

.

.

LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3.
.

3 réflexions sur “Du mauvais goût, du bon goût et de l’outre-goût / Billet d’humeur de Nicole Esterolle

  1. j’aime bien ces 2 oeuvres et je ne croie pas qu’elle se destinent uniquement à des gens qui seraient plus intelligent .Le carré bleu nous oblige à ragerder cette oeuvre en pensant à la notion du tems pour que l’oeuvre soit terminée et à imaginer le produit finit. En attendant on peut aussi trouver simplement beau un carré bleu.
    Pour l’autre, il suffit de recréer le moment ou le concierge a déposé son balais sur l’oeuvre et de se dire que pour lui ça n’avait pas plus d’importance qu’il le faut cette oeuvre beige mais pour nous on voit à travers le temps , le poids de l’oeuvre et la pression du balais qui en se confrontant donne cette situation loufoque d’un tableau pas respecté mais qui devient plus intéressant dans la nouvelle situation.Il n’y a ni bon ni mauvais goût, simplement une façon différente de regarder et de percevoir.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.