Colloque international Max et Iris Stern 9 – Tout objet a son histoire / Salle Beverley Webster Rolph, Museé d’art contemporain de Montréal (CA)

 

.
Simon Starling, The Long Ton, 2009
Bloc de marbre chinois, bloc de marbre de Carrare
taillé par machine CNC, système de poulies, pinces,
corde et chaînes. Deux pièces, approximativement :
90 × 120 × 50 cm, 59 × 74 × 31 cm
Dimensions de l’installation variables
Avec l’aimable permission de l’artiste
et de neugerriemschneider, Berlin
Vue d’installation, MCA Chicago, 2014
Photo : Nathan Keay, © MCA Chicago
.
.
.
.
.
.
.
 
Tout objet a son histoire :
art, recherche et réinvention des choses 
 .
.
Colloque international Max et Iris Stern 9

 .

.

.

.

 27 mars : 18 h à 20 h 30
.
.
28 mars : 10 h à 17 h
.
.
.
.
.

Vincent Bonin

Auteur et commissaire indépendant,

vit et travaille à Montréal, Québec.

.

Jason Dodge

Artiste, vit et travaille à Berlin, Allemagne.

.

Rebecca Duclos

Doyenne des Études supérieures et

professeure en études visuelles et critiques

à la School of the Art Institute of Chicago.

.

Luanne Martineau

Artiste, vit et travaille à Montréal, Québec.

.

Dieter Roelstraete

Conservateur principal Manilow, Museum

of Contemporary Art Chicago, et membre

de l’équipe de commissaires de Documenta 14.

.

Simon Starling

Artiste, vit et travaille à Copenhague,

Danemark.

.

.

.

.

.

.

 

 

Lieu : Salle Beverley Webster Rolph, Msueé d’art contemporain de Montréal

Les conférences seront prononcées principalement en anglais. Un service de traduction simultanée sera offert au public.

 

Intitulé Tout objet a son histoire : art, recherche et réinvention des choses, le Colloque international Max et Iris Stern réunit cette année artistes, commissaires et historiens de l’art pour scruter la myriade de façons qu’a la recherche de se révéler dans les arts visuels. Les tendances ethnographiques et archéologiques en art contemporain ainsi que le recours aux archives et à la reconstitution ont déjà fait l’objet de nombreuses expositions et conférences. Par ailleurs, on reconnaît de plus en plus que la recherche fait activement partie du processus artistique et que l’art est une forme de connaissance. Le but de ce colloque est de donner la parole aux praticiens qui explorent les dimensions poétiques, esthétiques, conceptuelles et même ludiques par lesquelles la recherche se manifeste dans leur oeuvre. Le colloque se concentrera sur l’objet, sur la capacité du matériau d’incarner et de transmettre une connaissance, sur les liens entre la connaissance et les idées générées, et sur comment tout cela se joue dans les oeuvres d’art. La notion de pensée matériau, la manière dont les idées se façonnent dans les oeuvres, les processus de transformation et de passation des idées en objets, voilà ce qui constitue le coeur de ce symposium. Le colloque s’inspire de l’exposition Simon Starling : Métamorphologie, qui agit comme tremplin pour les présentations des artistes et commissaires qui font de la recherche un élément essentiel de leur pratique. En nous appuyant sur ce que le commissaire Dieter Roelstraete décrit comme la conviction de Simon Starling que l’art détient un potentiel transformateur, nous entendons explorer comment l’histoire et l’histoire de l’art, l’économie et la géopolitique, l’artisanat et les modes de fabrication, la poésie et la puissance d’évocation du visuel se rejoignent dans l’élaboration et la réalisation de l’oeuvre d’art. « La nature de la pratique de l’art comme recherche tient à une démarche créatrice et critique qui accepte que la connaissance et la compréhension changent continuellement, que les méthodes sont flexibles et les aboutissements souvent inattendus, et que ce que nous ne savons pas nous ouvre des possibilités de remettre en question ce que nous savons. » (Graeme Sullivan, Art Practice as Research).

 

L’exposition Simon Starling : Métamorphologie est organisée par le Museum of Contemporary Art Chicago. Elle est soutenue par la Harris Family Foundation. Elle reçoit également l’appui de la Chauncey and Marion Deering McCormick Family Foundation, de Helyn Goldenberg et Michael Alper, de Max Mara, de Francesco Dalla Rovere et de la Danielson Foundation. Les galeries de l’artiste ont également fourni un soutien à la présentation de l’exposition de même qu’au développement de nouveaux travaux. Ce sont neugerriemschneider, Berlin ; Galleria Franco Noero, Turin ; The Modern Institute, Glasgow ; et Casey Kaplan, New York.

 

Le Musée d’art contemporain de Montréal remercie chaleureusement le British Council pour son appui.

.

.

.

.

.

 

Renseignements

www.macm.org/stern

.

Coût20 $

.

10 $ étudiants et détenteurs de MACarte(taxes incluses)

.
.
.
.
.
.
LE MUSÉE D’ART CONTEMPORAIN DE MONTRÉAL
185, rue Sainte-Catherine Ouest
(angle Jeanne-Mance)
Montréal (Québec)
H2X 3X5
.

LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3

 

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.