Jean-pierre Séguin – 39 – 45 ‏ / Galerie Graff (CA)

4f4ec02c-24b9-41f5-b9ca-75a643f012ec.
.
.
.
.
.
.
JEAN-PIERRE
.
.
SÉGUIN
.
.
.
.
.
.
 
39 – 45
.
.
.
.
.

 

Du 5 février

.

au 7 mars 2015

.

.

.

Vernissage

05.02.15
.
.
.
.
.
.

La galerie Graff est heureuse de présenter du 5 février au 7 mars 2015 «39 – 45» une exposition des œuvres récentes de Jean-Pierre Séguin. L’artiste sera présent lors du vernissage le jeudi 5 février dès 17 h.

 

Les peintures et estampes numériques qui composent «39 – 45» sont issues d’un cycle d’œuvres récentes portant sur la représentation d’artefacts, de lieux et d’acteurs culturels, politiques et militaires de la deuxième guerre mondiale. À travers une pixellisation analogique de l’image devenue motif central de sa pratique, Jean-Pierre Séguin manipule la distance, autant spatiale que temporelle, entre le spectateur et l’objet de l’œuvre. Celui qui survole l’exposition du regard pour la première fois et croit y reconnaître divers personnages publics, engins militaires ou paysages connus, voit avec surprise ces images se disloquer à son approche en une mosaïque de tons. Puis, s’il avance toujours vers l’une des plus grandes toiles, il commence à distinguer autre chose, comme le grouillement d’une myriade de petits objets : des petits soldats de plastique peints dont l’artiste a hérissé la toile, jusque-là terrés dans ce que le spectateur croyait être la limite de l’image ou de sa perception. En brouillant photographies d’archives et images médiatiques, Jean-Pierre Séguin imite la perte d’information causée par le passage du temps et crée des images qui, bien qu’elles soient reconnaissables, restent inaccessibles. Avec cet imagier trouble, il réconcilie l’opposition entre la distance psychologique incommensurable qui nous sépare de la réalité du dernier grand conflit mondial et l’omniprésence dans notre imaginaire collectif de ses représentations. Plus encore, l’artiste ajoute une troisième dimension à ses images qui, lorsque vues de très près, révèlent un aspect fondamentalement débridé et confus de la guerre – telle qu’elle est vécue par les soldats – et qui échappe souvent au regard schématisant des médias de masse.

 

Né en 1951, Jean-Pierre Séguin détient une maitrise en arts visuels de l’Université du Québec à Montréal. Il a reçu le Prix de la Biennale du Québec, Centre Saidye Bronfman (1979) et celui de la Biennale du dessin, de l’estampe et du papier du Québec (1989). Il a abondamment exposé au Québec et au Canada mais également aux Etats-Unis et au Japon. Ses œuvres font partie de nombreuses collections publiques, corporatives et privées au Canada et à l’étranger. Il est représenté par la galerie OK Harris à New York et la galerie Graff à Montréal. Jean-Pierre Séguin vit et travaille à Montréal.

.

.

.

 

.
.
.
.
.

Galerie Graff is proud to present 39 – 45, an exhibition of Jean-Pierre Séguin’s recent works, from February 5 to March 7, 2015. The artist will be present at the opening on Thursday, February 5, starting at 5 p.m.

 

The paintings and digital prints in this exhibition are part of a larger body of recent works on the depiction of the artifacts, the places and the cultural, political and military personas of World War II. Through an analog pixelation of the image that has become one of the central motifs of his work, Jean-Pierre Séguin manipulates both the spatial and temporal distances between the viewer and the object of the work. A visitor quickly scanning the exhibition for the first time can make out the various historical figures, landscapes, or military crafts; but these images quickly break down into a patchwork of shades as he is walking towards them. Getting closer to one of the larger paintings he starts noticing something else, like the writhing of a myriad of small objects on the surface: little painted plastic toy soldiers the artist has glued to the canvas, hidden away until now in what the viewer presumed to be the limits of the image, or of his own perception. By blurring these archive photos and media images, Jean-Pierre Séguin replicates the loss of information caused by the passage of time to create images that, although recognizable, are somehow always out of reach. With these he reconciles the immense psychological chasm that separates us from the Second World War with the ubiquity of its representations in our collective psyche. Furthermore, the artist adds a third dimension to these images that, when viewed up close, reveal a fundamentally hectic and bewildering aspect of war – as experienced by soldiers – that oftentimes escapes the skewed vision of mass media.

 

Born in 1951, Jean-Pierre Séguin holds a Master Degree in visual arts from UQAM. In 1979, he was awarded the Saidye Bronfman Quebec Biennale Prize, and in 1989 the Biennale du dessin, de l’estampe et du papier du Québec Prize. His work – shown extensively in Quebec, Canada but also in the United States and Japan – is now part of many public, corporate and private collections in Canada and abroad. Jean-Pierre Séguin lives and works in Montreal.

.

.

.

.

.

 

 

PROCHAINEMENT / UP NEXT
.
.
.
.
.

 @ Galerie Graff

JOCELYN JEAN

PAYSAGES ET MONUMENTS

12 mars – 11 avril 2015 / March 12 – April 11, 2015

 .
.
.
.
.
.
Galerie Graff
963 Rue Rachel Est
Montréal, QC
H2J 2J4
(514) 526-2616
.
m
.
.
.
.
 LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3
.
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.