MICHAEL WOLF – Blind Walls – Paris RoofTops / La galerie particulière (FR)

 Michael Wolf, Paris RoofTops 04

.

.

.

.

.

 

MICHAEL WOLF

.

.

.

.

« Blind Walls – Paris RoofTops »
.
.
.
.
.
.

 

Du 08 janvier
.
.
au 1er mars 2015
.
.
.
.
.
.
.

Michael Wolf développe depuis près de 15 ans une recherche unique sur la vie dans les villes et leurs structures architecturales.

.

A Hong Kong, il orientait son appareil photographique vers les bâtiments frappants dʼaustérité qui caractérisent cette mégapole. Le résultat – visible dans la série « Architecture of Density »– en était presque abstrait.

 

Lʼintérêt de Michael Wolf pour les habitants de ces espaces et leurs rapports à la cité sʼaccrut par accident lorsqu’il agrandit un détail des immeubles vitrés quʼil photographiait alors dans Chicago. La série « Transparent City », issue de ce travail, juxtapose des images dʼimmeubles et des focus sur des intérieurs, tirant des détails de la vie intime de leurs occupants.

 

La curiosité du photographe – bien quʼaccidentelle – pour ces scènes de vie quotidienne sʼest accentuée et Michael Wolf s’est alors intéressé à la gigantesque banque d’images «volées» que représente « Google Street Views ». Avec une grande précision il a alors recadré et isolé certaines scènes de vie dans les rues de Paris. Guidant notre regard, Michael Wolf mit en exergue les petites habitudes de nos vies urbaines dans des images où humour, absurdité, mais également esthétisme se mêlent, tout en soulevant la question de la surveillance constante des espaces publics. L’intrusion était d’ailleurs déjà le sujet principal de la série « Tokyo Compression » réalisée dans le métro de Tokyo.

 

Si la série « Street View » se déroulait pour partie en France, l’architecture française n’était qu’indirectement évoquée. Vivant entre Hong-Kong et Paris depuis une dizaine d’années, Michael Wolf souhaitait donner sa vision de Paris. Et la question revenait, incessante et frustrante : comment photographier cette ville qui a été le sujet de tant de photographes ? Comment apporter une vision différente d’une ville qui architecturalement a peu évolué depuis plus d’un siècle ?

 

C’est justement une des caractéristiques principales de l’architecture parisienne qui va lui apporter un angle nouveau : les toits de zinc, présents depuis le XIXè siècle haussmannien et si particuliers en comparaison des autres capitales mondiales.

 

Du haut des immeubles, cherchant des points de vue originaux, hissé près des cheminées, Michael Wolf photographie. Des dizaines de terrasses en hauteur seront ainsi visitées au cours de l’été et de l’automne 2014 : en résulte une série époustouflante, extrêmement frontale, d’une force d’abstraction inenvisageable lorsque l’on est familier de l’architecture parisienne : des forêts de cheminées se dressent, les arêtes des bâtiments se suivent et se répondent, le regard s’ouvre sur une trouée qui vient scander l’image, les murs se transforment en aplats de couleurs. Mais comme toujours dans le travail de Michael Wolf, la présence humaine n’est jamais loin : en regardant avec précisions les détails de certaines photographies, on devine la vie qui s’immisce jusque dans les photographies les plus abstraites: une silhouette derrière un rideau, un ouvrier qui répare une gouttière, des graffitis d’amoureux peints à même le mur, là, très haut, près des nuages.

 

Michael Wolf est né en 1954 à Munich en Allemagne. Il a étudié à l’Unviversité de Berkeley et à la Folkwang School d’Essen. Il vit entre Paris et Hong Kong.

 

Ses oeuvres sont conservées dans les plus plus grandes collections muséales: Metropolitan Museum of Art in New York; Museum of Contemporary Photography, Chicago, Brooklyn Museum, San Jose Museum of Art, California; Museum Folkwang, Essen,Museum for Architecture, Frankfurt, Monnaie de Paris…

.

.

.

.

.

.

.
.
.
.
.
.

Michael Wolf has been observing life in the cities and cities’ architectural structures for more than 15 years which resulted in a unique work.

 

In Hong Kong, he used to take pictures of the strikingly formalistic and severe buildings characterizing this megalopolis. The result of this – which can be seen in the series Architecture of Density – was almost abstract.

 

Michael Wolf’s interest for the people living in such spaces and their relations to the city increased by chance when he enlarged a detail of the glass buildings he was then photographing in Chicago. The series Transparent City juxtaposes images from the buildings and pixellated details with blown-up details of the life within.

 

Wolf’s curiosity about accidentally captured human situations led to work with the immense image archive of Google Street Views, made of « stolen » images. With great precision he isolated scenes from the streets of Paris. By framing and directing our gaze, Michael Wolf highlights the little habits of our urban lives with images capturing the humour, beauty and absurdity of daily life and raising the question of constant surveillance of public spaces. Intrusion was already the main subject of the series Tokyo Compression made in the Tokyo underground.

 

If the series Street View was partially taking place in France, however the French architecture was only indirectly evoked. Michael Wolf wanted to give his own vision of Paris as he had been divided his time between Hong-Kong and Paris for the last ten years. But the unceasing and frustrating point was : how is it possible to take original pictures of Paris when it has been so much photographed and by so many great photographers? How is it possible to give a different vision of a city which architecture has largely remained unchanged for more than a century?

 

Then came the idea of taking pictures of Parisian zinc roofs, existing since Haussmann’s nineteenth century restructuring and which are so particular, being one of the main characteristics of Parisian architecture and which distinguish from the roofs of other capitals all over the world. Then Michael Wolf captured the top of the Parisian buildings, raised close to the chimneys, looking for different viewpoints. During Summer and Fall 2014 he visited dozens of high terraces and an astonishing series resulted from this, a series which tightly crops the local architecture and reveals dense patterns made of roofs, chimneys, buildings’ edges. But as always in Michael Wolf’s work, human presence is not so far : if you do observe carefully the details of some pictures then you can guess life interfering in the most abstract photos such as either a silhouette behind a curtain, or a worker repairing a gutter or lovers’ graffiti painted on a very high wall, very close to the sky. Michael Wolf is born in 1954 in München, Germany. Ihe has studied at the Berkely Unviversity de Berkeley & Folkwang School in Essen. He lives in Paris & Hong Kong.

 

His works are part of important museum collections : Metropolitan Museum of Art in New York; Museum of Contemporary Photography, Chicago, Brooklyn Museum, San Jose Museum of Art, California; Museum Folkwang, Essen,Museum for Architecture, Frankfurt, Monnaie de Paris…

.

.

.

.

.

.

.

 

 

La galerie particulière

16, rue du perche

75003 Paris
.
Métro Ligne 8 Saint-Sébastien Froissart
.
.
.
.
LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3
.
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.