Koons ou l’inquiétant triomphe de l’esthétique pâtissière / L’opinion de Nicole Esterolle

.
.
.
.
.
.

Chronique / Nicole Esterolle

.

.

.

.

Koons ou l’inquiétant triomphe

de l’esthétique pâtissière

 .

.

.

.

.

.

 

 

Koons en majesté au Centre Pompidou. Hommage officiel de la France à l’hyper richissime financial artist américain…L’ampleur de cet événement méritait bien que le Journal Le Monde en fasse la couverture ( que je vous joins) de son supplément dominical du 22 11 2004, et y consacre 10 pages intérieures signées par son critique d’art vedette et entrecoupées de pages publicitaires pour chaussures et montres de luxe.

.

Et voici ce qu’on peut y lire d’une réponse de Koons à la question « Pourquoi ce chien en baudruche est-il devenu un monument ? » : « Pourquoi ? Parce que, d’une part, il y a en lui l’idée de survie….et d’autre part, cette œuvre est une surface réfléchissant à 360 degrés…Quand vous êtes devant, elle vous donne votre position dans l’environnement et celui-ci change à cause de vous. Si vous ne bougez pas, si personne ne bouge, rien ne se passe. Mais si vous vous déplacez, le reflet abstrait change et l’abstraction dépend de vous »…et bien voilà ! On comprend mieux quand c’est dit…On comprend mieux que l’on a bien affaire à un niais de la catégorie pâtissière, un vrai niais…pas un faux qui jouerait les idiots, non, un authentique avec QI de 15 environ, et un encéphalogramme parfaitement plat pour ce qui est de la pensée artistique réflexive…Et pour mieux nous conforter dans cette analyse, il rajoute : « Il m’arrive de me dire qu’au néolithique un homme aurait pu créer la même forme avec des intestins d’animaux »… Eh bien oui ! Au néolithique déjà il y avait de l’art contemporain, bien sûr Jeff, mais ça ne valait pas des millions…

 

A la question « qu’est-ce que cela vous fait, quand vous apprenez qu’un de vos balloon-dog s’est vendu 58 millions d’euros ? », il répond : « Ce qui m’importe, c’est l’expérience et le point de vue du public, et pas celui du collectionneur »… Eh bien oui ! c’est bien normal que pour le « dernier des pop-artistes » comme le désigne Bernard Blistène, commissaire de l’expo, ce qui compte en premier, c’est d’être en osmose avec le peuple, avec les vrais gens et non avec les ultra-riches et les ultra- intellos, qui ne comprennent rien au vrai art.

 

Alors la question que nous nous posons, nous, maintenant, est celle-ci : comment se fait-il qu’une personne qui affiche aussi délibérément sa niaiserie, son sourire béat de gendre idéal pour vieille milliardaire botoxée, son ingénuité à la Peter Pan , son angélisme à la crème Chantilly, ait pu devenir le plus « grand » et le plus cher de ce temps et de cette planète… Oui, la question est là, car il n’y a pas si longtemps, avec les grands artistes de la période « pré-contemporaine », on avait affaire à des gens qui avaient une tenue, une épaisseur humaine, une pensée solide, de l’humour, de la consistance poétique, une forte personnalité et de l’inventivité bien évidemment ( Imaginez un peu un Picasso ou un Max Ernst prononçant le même type de terrassantes niaiseries)….On n’avait pas encore d’artistes – chefs d’entreprise faisant travailler 100 personnes à la reproduction agrandie d’ « icônes de la culture populaire » et de l’imagerie enfantine , sans aucune invention et de la même confondante indigence formelle. Oui, les temps ont bien changé en quelques quatre ou cinq décennies, et nous voici donc aujourd’hui parvenus avec ce « dernier des pop-artists » (dixit Blistène), à un degré zéro absolu de l’art, parfaitement indépassable , résultat d’ un fabuleux retournement à 180 ° de tous les critères d’évaluation tant éthiques, qu’esthétiques.

.

Comment expliquer ce retournement ?

.

Il faut pour cela prendre en compte la nature purement mécanique du phénomène, et admettre que la logique des grands systèmes a totalement pris le pas sur l’humain en trois ou quatre décennies pour en éradiquer totalement la présence. Et il faut alors considérer que l’art creux de Koons, pour lequel le haut niveau de technicité compense l’absence totale de créativité interne ( Il lui est arrivé de faire intervenir un prix Nobel pour la résolution d’un problème mécanique), et donc que cet « art par défaut » peut devenir ainsi un produit à très haute efficacité médiatico-financière, dans la mesure où il sait parfaitement réconcilier par l’absurde, culture populaire et culture de haut niveau, classes exploitées et classes exploiteuses, vulgarité crasse et distinction de classe, l’obsédé sexuel et le bon père de famille, « l’art à la portée de tous » et le produit boursier ; dans la mesure où il sait enflammer le commentaire comme la dépression engendre le vent, dans la mesure où cet art pour les hyper-pauvres et incultes peut rapporter un maximum aux hyper-riches et cultivés, et dans la mesure où il s’inscrit en toute cohérence dans ce système des bulles spéculatives dont la vacuité est la caractéristique et la vertu premières.

 

Une vacuité intrinsèque et ontologique qui est, chez le personnage Koons lui-même, compensée par la perfection du polissage de la surface extérieure, par le caractère déshumanisé et mécanique de sa cordialité parfaitement lisse et aseptique, par son impeccable habillement, par sa précision maniaque et son exactitude d’horlogerie, qui permet au critique d’art du Monde de commencer son article ainsi : « Jeff Koons est un artiste si professionnel, qu’il arrive toujours en avance à ses rendez-vous »…et Blistène d’ajouter l’œil mouillé d’admiration : « C’est un obsessionnel de la précision en toutes choses »…

 

Oui, l’industrie de l’insignifiance est une affaire de professionnels. Oui, cette gigantesque entreprise mondiale de médiatisation du rien qui nous produit aussi bien les Sitcom de type Nabila que l’expo Koons, exige précision et technicité dans le cynisme, la vulgarité, la démagogie, le mépris du public et le mépris de soi…Et qu’importe si l’exercice implique à terme la mort de l’art et la destruction de la planète, du moment que cela rapporte immédiatement beaucoup d’argent…

.

Et s’il fallait passer par le désastre Koons, pour un retour au sens ?

.

Et si cette exposition n’était que le dernier spasme nécessaire d’un système mortifère devenu moribond ? C’est en tout cas ce qu’il est permis d’espérer, à défaut d’y croire totalement, quand on voit la perplexité, la réticence ou la prudence de la plupart des critiques, journalistes et chroniqueurs d’art chargés de parler de cette incontournable exposition Koons . Car en dehors de Judith Benamou-Huet, groupie notoire des stars du financial-art international, qui ose dire que : « Jeff Koons est indéniablement un artiste qui reflète parfaitement notre époque et qui, à ce titre est un artiste important » et qui ose ajouter, la perfide : « J’entends déjà et j’ai lu déjà tellement de critiques, de persiflages de rancoeurs et de jalousies. J’entends un tel déchainemement de haine…Koons gagne beaucoup d’argent, et alors ! » … en dehors donc de ce cas d’école de la critique d’art suppôt du grand capital et des grands apparatchiks de la culture, je vois beaucoup de distance et de circonspection pour la plupart des journalistes « commis d’office » , qui ne portent pas de jugement , qui se réfugient dans le factuel et l’informatif, mais de telle sorte que le lecteur , lui, puisse se faire lui-même une opinion la plus accablante possible et se rendre compte que cette exposition est un piège « attrape-nigaud » qu’il doit absolument éviter (Et l’ on peut même se demander si la mine abattue et le regard fourbe qu’affiche en permanence le curateur Blistène, n’est pas l’expression même d’une consternation généralisée, y compris parmi les grands commis de l’art d’Etat de son espèce.)

 

Certes, tous ces médias qui font leur couverture et gros titres avec cette catastrophe pâtissière, ne l’accablent pas complétement, car beaucoup de leurs annonceurs en articles de luxe ( Paul Smith, Armani, Rolex, Berlutti, etc. ) sont impliqués dans le financement de cette opération de luxe aussi… Certes, les fins limiers de Médiapart, hésitent encore à mettre leur nez d’extrême gauche dans la cuisine des montages budgétaires, des petits et gros arrangements en amont de cette pièce montée, pour, probablement, ne pas « faire le jeu de l’extrême droite »… Mais l’on peut tout de même se demander si l’arrogante obscénité de cette chamalots-parade n’est pas celle de trop qui va faire déborder le vase du supportable et enclencher un basculement de l’opinion générale vers un refus de cet art financier, vers un rejet de cette titrisation du néant, qui apparaît de plus en plus comme une gigantesque farce et une odieuse injure faite à l’art et à son public. …On peut se demander si cette cérémonie de décervelage collectif ne va pas déclencher enfin une saine colère chez les humanistes de tous bords et chez tous ceux qui sont soucieux de la survie de l’espèce humaine.

 

On peut aussi l’espérer … mais il ne faut pas sous-estimer l’énormité et la puissance des réseaux et appareils qui sont en jeu dans cette entreprise de mort de l’art, de destruction du sens et d’infantilisation du public à seule fin d’ aliéner celui-ci au pouvoir de l’argent. .. Ne pas sous-estimer l’importance de la valeur symbolique de cet art-argent « collectionné » par les puissants de ce monde comme alibi et caution pour leurs méfaits envers l’humanité et envers l’atmosphère de la planète… Ne pas sous-estimer non plus l’implication de l’intellocratie institutionnelle française, sa collusion structurelle éhontée avec la spéculation artistico-financière mondiale et son intérêt à ce que cette sinistre plaisanterie continue… Ne pas oublier notamment cette couverture de la revue Art Press, organe officiel de la pensée artistique trangressive d’Etat, faite il y a une dizaine d’année avec la photos en gros plan des parties génitales de Jef Koons et de la Cicciolina en pleine copulation…`

 

Tout cela pour dire l’ampleur de la catastrophe que constituerait l’effondrement du système bureaucratico-financier qui a produit Koons, pour les agences de placement financier, pour les collectionneurs de vent et pour l’armée de fellateurs du néant qui s’agitent dans l’enseignement et l’administration de la culture…un cauchemar pire que la chute du mur de Berlin…

.

Un Koons à trois millions d’euros au FRAC – Aquitaine

.

Cette œuvre comprenant trois aspirateurs et une cireuse à parquet logés sous vitrine de verre, acquise au début des années 80 pour environ 30 000 euros, en vaut aujourd’hui 100 fois plus… Bravo les administratifs de l’époque, vous avez été de redoutables business-men, et bravo le FRAC qui est donc le plus riche de l’hexagone. Mais le hic, dans cette histoire, c’est que la collection est « inaliénable » et que l’administration n’a pas le droit de vendre le Koons en question pour faire un énorme bénéfice avant que le titre ne s’effondre comme il le fera inéluctablement. Alors, ça, c’est vraiment rageant, car avec l’argent récolté, vous imaginez le nombre d’artistes au RSA de Bordeaux et alentours à qui la région pourrait acheter une œuvre à 1000 euros chacune : cela fait exactement 3000 artistes ainsi aidés à vivre… vous vous rendez compte… Mais non, personne ne pense à ça chez les responsables du développement culturel en Aquitaine…et ailleurs non plus…

.

L’exposition Koons prouve qu’il est temps de séparer l’art bureaucratico-financier dit « contemporain », de l’art vivant et libre .

.

Que Catherine M. ait publié, il y a une dizaine d’années en couverture d’Art press la photos en gros plan des parties génitales de Jef Koons et de la Cicciolina en pleine copulation, n’a que peu contribué à la fabuleuse réussite financière de cet artiste … Mais cette couverture historique a surtout clairement signifié l’interpénétration structurelle qui existe entre la pensée artistique d’Etat – dont Artpress est l’organe officiel – et l’ « esthétique » du grand marché spéculatif mondial de l’art … Alors oui, il est peut-être temps maintenant de séparer cet art bureaucratico-financier dit « contemporain » de l’art vivant et libre qu’on aime.

 

D’ailleurs, il semble bien qu’il existe une prise de conscience générale de cette nécessité de séparation et de clarification. “Pour beaucoup aujourd’hui le vrai marché de l’art est ailleurs” est en effet une des conclusions du film “l’or du pop”9 octobre 2014 sur France 5, un film sur Warhol et sa descendance, écrit par Serge July et Antoine de Gaudemar

 

Oui, il est temps, pour sauver le vrai marché de l’art, d’affirmer clairement que ce marché international de l’inepte, du kitch, de la dérision, du mépris, de l’obscène, du spectaculaire, de l’arrogance, n’est que le fruit d’une logique médiatique de marketing financier et politico-culturel, qui n’a rien de commun avec l’art véritable… Un marché de dupe, qui participe de ce désenchantement généralisé, de ce négativisme questionnatoire subventionné, de ce « déclinisme »anxiogène et de ce catastrophisme que les médias français entretiennent si habilement pour se donner de l’importance et gonfler leurs auditoires et lectorats.

 

Oui, il est temps que les chroniqueurs-critiques-historiens d’art osent le dire, et cessent de se comporter en lamentables collabos d’un système odieux et totalitaire qui nous mène droit dans le mur. Il est temps qu’ils comprennent, que, ne serait-ce que pour se préserver eux-mêmes, ils doivent prendre leurs distances avec cette enflure systémique qui donne aujourd’hui les signes de son imminente implosion.

.

.

.

.

 

m

Schtroumpf Emergent

.
.
.
.
.
.
LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3
.
.
.
.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.