LIBRE CIRCULATION DE CAPITAUX SYMBOLIQUES – AFTER ALENA / Galerie Loevenbruck (FR)

Adolfo Riestra, Ropa y banistas, 1989

Chinese Ink and watercolor on paper

30,5 x 45 cm (avec cadre : 52,5 x 66,5 x 2,5 cm)

Courtesy Galeria OMR, Mexico / Loevenbruck, Paris

(Ref. ARO 1713)

 .
 .
 .
 .

 LIBRE CIRCULATION DE CAPITAUX SYMBOLIQUES

.

(AFTER ALENA)

 .

 .
.
WITH  
.
MILENA MUZQUIZ
.
G.T. PELLIZZI 
.
 .
 .
AND WORKS BY 
.
JAVIER DE LA GARZA
.
ADOLFO RIESTRA
.
 GERMAN VENEGAS

.

.

.

.

CURATOR: DOROTHÉE DUPUIS

.

.

.

 
Jusqu’au
06.12.14
.
.
.
(FIAC : Nocturne des galeries)
.
.
.
.
.
.
.

 

L’année 1994 est celle de l’entrée en vigueur de l’Accord de libre-échange nord-américain,traité commercial qui instaure une zone de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique. Les échanges de marchandises et de capitaux sont alors facilités, mais les observateurs extérieurs soulignent combien l’ALÉNA a surtout bénéficié aux pays les plus riches du trio au détriment du Mexique, dont l’économie a connu une crise sans précédent, avec une très forte dévaluation de sa monnaie nationale,le peso, liée à l’irruption de capitaux étrangers dans une économie traditionnellement protectionniste. Bien sûr l’ALÉNA ne s’assortit pas d’un accord migratoire, et, à la suite de cette crise, nombre de Mexicains durent s’expatrier illégalement pour pouvoir faire survivre leurs familles, touchées par la crise et la politique d’ouverture néo-libérale menée par le président mexicain d’alors, Carlos Salinas de Gortari.

.

Il est également intéressant d’observer les effets de l’ALÉNA sur la circulation des capitaux symboliques. Le curateur colombien Daniel Montero, chercheur au MUAC, de Mexico, fait remarquer dans son ouvrage très détaillé « El cubo de Rubik, Arte Mexicanoen Los Años 90 », que les produits culturels ont également été inclus dans cet accord de libre-échange après une âpre négociation entre les différentes parties. À partir de 1994, c’est tout le Mexique qui s’ouvre à la culture américaine et occidentale, et pas uniquement celle des majors de Hollywood. L’accès aux images et aux livres d’art se généralise, la circulation des artistes s’intensifie et les expositions croisées s’accumulent à partir des années 1990, inaugurant une zone de libre-échange de capitaux symboliques en Amérique du Nord qui transformera durablement le monde de l’art mexicain et donnera naissance aux générations d’artistes, de galeristes et de curateurs que nous connaissons aujourd’hui. (…)

.

.

.

.

.

 

.
.
.
.
.
.
.
.
.
 
Opening reception Thursday, October 23rd, 6-10pm
(FIAC: The Galleries Night)
.
.
.
.
.

The North American Free Trade Agreement, which came into force in 1994, created a trading block comprising Canada, the United States and Mexico. While this certainly facilitated exchanges of goods and capital, outside observers have stressed the fact that NAFTA benefited mainly the two richer countries, to the detriment of Mexico, whose economy entered an unprecedented crisis leading to the massive devaluation of its national currency, the peso, linked to the influx of foreign capital into its traditionally protectionist economy. Of course, NAFTA was not accompanied by an agreement on migration, which meant that large numbers of Mexicans, impoverished by the crisis and the neo-liberal policies of economic openness pursued by the then president, Carlos Salinas de Gortari, were forced to become illegal immigrants for the sake of their families’ survival.

.

It is also interesting to note the effects of NAFTA on the circulation of symbolic capital. In his very detailed study, « El cubo de Rubik, arte mexicano en los años 90 », Daniel Montero a Colombian curator and researcher at the Museo Universitario de Arte Contemporaneo in Mexico City, points out that, at the end of the hard-fought negotiations, cultural products were also included in the free trade agreement. In 1994, therefore, the whole of Mexico was opened up to American and Western culture, and not just to the productions of the Hollywood majors. Access to images and art books grew, as did the movement of artists and the number of exhibitions connecting the different countries, resulting in the creation of a North American zone of free trade in symbolic goods which transformed the Mexican art world, shaping the new generations of artists, gallerists and curators now familiar to us. (…)

.

.

.

.

.

 

Grand Palais
Musée à Paris, France
3 Avenue du Général Eisenhower,
75008 Paris
France
.
.
Le Grand Palais est un monument parisien situé en bordure des Champs-Élysées,
face au Petit Palais, dont il est séparé par l’avenue Winston-Churchill dans le 8ᵉ arrondissement.
.
.
.
Galerie Loevenbruck
6, rue Jacques Callot
75006 Paris
t +33 1 53 10 85 68
f +33 1 53 10 89 72
contact@loevenbruck.com
.
.
.
LOGO .  LE VADROUILLEUR URBAIN no 3
.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.