Vernissage d’Andréanne Jacques et Nathalie Vanderveken + lancement à la Galerie des arts visuels‏

 .
.
.
.
.
Andréanne Jacques
.
.
.
Nathalie Vanderveken
.
.
.
.
.
Du 11 septembre
.
.

au 12 octobre

 .

 .
Vernissage
11.09.14
17h

 .

précédé d’une rencontre avec les artistes dès 16h30

.

.

.

.

.

La Galerie des arts visuels présente les oeuvres de deux jeunes artistes finissantes à la maîtrise à l’École des arts visuels. Sélectionnées par jury, Andréanne Jacques et Nathalie Vanderveken présentent ainsi pour la toute première fois leur recherche dans un contexte professionnel. Elles explorent toutes deux la ligne, le trait, le tracé et le plan dans des oeuvres graphiques témoignant d’une même sensibilité.


Chez Andréanne Jacques, le trait sur papier, la ligne filante du tissage, le fil à broder composent sur la feuille ou la toile des espaces mobiles. Le geste est répété de manière méthodique tel un rituel, une résistance du temps, du faire. Il donne lieu à des champs graphiques toujours en devenir qui mettent en lumière le processus qui leur a donné forme et nous confrontent à leur non-finitude.

 

Nathalie Vanderveken voit dans les patrons de couture l’occasion d’une exploration des limites du corps. Elle les transforme, opère de nombreuses dérives et détournements. Bientôt, les dessins, montages ou cahiers d’études suscitent de multiples évocations. Les lignes et profils devant mener à la conception du vêtement adoptent une autre échelle, se transforment bientôt en esquisses architecturales, en tracés d’autoroutes improbables ou en plans de territoires imaginaires.

.

.

.

.

.

.

.

PHOSPHORE LANCE CES TROIS PREMIERS TITRES 

 .
.
11 septembre 2014 à 17h
.

à la Galerie des arts visuels

.
.
.
.

PHOSPHORE est une collection des Presses de l’Université Laval dédiée aux écrits d’artistes, aux textes portant sur l’art comme recherche et aux concepts qui déterminent les pratiques et les théories interdisciplinaires en arts visuels. Les ouvrages publiés dans la collection prennent en compte les enjeux sociaux, économiques et politiques à travers lesquels se crée l’objet d’art. PHOSPHORE se décline en plusieurs volets sous la forme de catalogues, d’essais, et de livres d’artiste. La collection a été créée en 2012 par Marie-Christiane Mathieu, professeure à l’École des arts visuels de l’Université Laval.

.

.

Les ouvrages suivants seront lancés le 11 septembre :

.

L’a-maison 

S’inspirant de la phrase de Reyner Banham « a house is not a home », L’a-maison examine, à travers les textes de Georges Teyssot, Jacques Perron et Marie-Christiane Mathieu, la présence du corps dans l’espace domestique et remet en question la notion d’habiter, voire de s’installer et de demeurer. Cet ouvrage constitue le premier volet d’un projet à long terme visant la validation du concept d’aître (être+air[e]), un anachronisme qui a la particularité phonétique, en français de retourner une notion de lieu vers une question d’être.

.

Menlo Park 

Le présent ouvrage est basé sur trois oeuvres présentées respectivement par Olivier Asselin, Suzanne Leblanc et Davis Tomas à la Galerie des arts visuels de l’Université Laval en 2010. Ces oeuvres ont été élaborées dans le cadre d’une réflexion commune autour de la figure emblématique de Thomas Alva Edison (1847–1931). Dans son laboratoire-usine de Menlo Park, puis à Glenmont, Edison mit au point un grand nombre d’inventions décisives, à la rencontre de l’art, de la science et de l’industrie, parmi lesquelles l’ampoule électrique, le téléphone (à partir des travaux de Bell), l’enregistrement sonore (avec son phonographe) et le cinéma (avec son kinétoscope) sont les mieux connues. Le présent ouvrage revisite cette histoire spécifique en prenant pour point de départ les inventions réalisées
afin de réfléchir à leur potentiel de création.

.

L’Objet 

Créer de la connaissance à travers la fabrication de l’objet singulier qu’est l’oeuvre d’art donne à réfléchir sur une unité cohérente, une structure qui présente les caractéristiques d’un monde. Se faisant, l’artiste-chercheur prend en compte les faisceaux de références qui valident sa recherches, son travail se mesure à des savoirs divers de pratiques et de méthodes. Les auteurs de cet ouvrage, Marcel Jean, Richard Baillargeon, Renée Bourassa, Francine Chainé, Andréanne Jacques, Suzanne Leblanc, Bernard Paquet, Guillaume Adjutor Provost et Marie-Christiane Mathieu, sont tous liés d’une manière ou d’une autre à l’École des arts visuels de l’Université Laval. Leurs textes présentent des points de vue variés sur les approches méthodologiques et conceptuelles qui caractérisent la recherche-création.

.

Source : Lisanne Nadeau, directrice de la Galerie des arts visuels

.

.

.

.

Galerie des arts visuels
Université Laval
295, boulevard Charest Est
Édifice La Fabrique
Ville de Québec (Québec)
Canada
G1K 3G8
m
.
.
.
.
.
.
.
.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.