Philippe Ramette – ÉLOGE DE LA CONTEMPLATION (LE TEMPS SUSPENDU…) / Galeries Lafayette Haussmann

ImageProxy.mvcbbbbbggbghyt.
.
Une œuvre de
.
.
Philippe Ramette
.
.
ÉLOGE DE LA CONTEMPLATION
.
(LE TEMPS SUSPENDU…)
.
.
Du 14 juillet au 30 août 2014
.
.
.
.
.
.
Présentée au centre de la Coupole des Galeries Lafayette Haussmann à Paris

Inauguration en présence de l’artiste le mardi 15 juillet à 19h

.

« L’installation d’Éloge de la contemplation (Le Temps suspendu…) n’aurait jamais existé sans l’invitation qui m’a été faite par les Galeries Lafayette à imaginer une pièce pour la Coupole. Cette installation réunit différentes notions constitutives de mon travail. La proximité d’un certain déséquilibre, l’accession à un point de vue différent et l’invitation à une contemplation apaisée. » Philippe Ramette

.

INTRODUCTION

À l’occasion de l’événement « Vitrines sur l’Art », les Galeries Lafayette invitent l’artiste Philippe Ramette à imaginer une œuvre pour la Coupole. Tandis que l’ensemble des vitrines du boulevard Haussmann s’habille aux couleurs de la programmation de huit institutions emblématiques de Paris, la Coupole accueillera pour la première fois une œuvre conçue par un plasticien. L’œuvre de Philippe Ramette Éloge de la contemplation (Le Temps suspendu…) fait écho à l’exposition sur le thème de la chute, « All That Falls », conçue par Gérard Wajcman et Marie de Brugerolle au Palais de Tokyo du 6 juin au 7 septembre.

.

Fidèle à la poésie qu’il véhicule dans ses œuvres, Philippe Ramette propose une instal – lation dont l’universalité va venir dialoguer avec l’ensemble du public cosmopolite des Galeries Lafayette. Au bout d’une passerelle en bois, partant d’un balcon des Galeries Lafayette, un homme, figuré par une sculpture blanche, est assis sur une plateforme, elle-même suspendue par un ballon. L’homme, qui a pris le soin d’enlever derrière lui quelques planches de bois de la passerelle, profite pleinement de ce moment de contemplation. Philippe Ramette aurait pu être ce personnage qui, à quelques mètres du sol, décide d’emprunter une passerelle de fortune pour rejoindre un point de vue unique. L’artiste n’est pas à un défi près. Pour réaliser ses photographies dont il est le personnage principal, il a été capable de plonger en apnée dans la mer Rouge, ou encore de se tenir à un balcon renversé dans l’eau du port de Hong Kong. La passerelle en bois évoque les films d’aventuriers, et suggère la possibilité de la chute, très présente dans l’œuvre de Philippe Ramette. Éloge de la contemplation (Le Temps suspendu…) renoue avec l’image du héros romantique, irrémédiablement seul et aspirant à l’infini.

.

.

.

 

m
   PHILIPPE RAMETTE
.
    Né en 1961 à Auxerre dans l’Yonne
.
.
.
.
.

Depuis le début des années 1990, Philippe Ramette fabrique des objets destinés à un usage bien spécifique que leur titre s’attache à indiquer : objet à s’isoler, à déplacer les montagnes, à léviter, à se voir regarder, à voyager dans le temps, à manipuler le vide, à mesurer le chemin parcouru… Qu’ils soient fauteuils, prothèses ou potence, ces instruments sortis d’un autre âge sollicitent plus que notre simple contemplation. De manière générale, dit l’artiste, ce n’est pas l’objet qui est important, c’est l’idée d’une éventuelle utilisation et, plus précisément, de ce que cette utilisation va entraîner comme transformations.

.

Que ce soit la Boîte à isolement, caisson en bois dans lequel enfermer sa tête, ou l’ Objet à voir le chemin parcouru, socle en bois à fixer sur le crâne dont les miroirs latéraux permettent de voir d’où l’on vient, ce sont bien les usages que ces objets conduisent à imaginer, les scénarios qu’ils produisent qui intéressent au premier chef l’artiste.

.

Prothèses du corps et de l’âme, les objets et les situations imaginés par Philippe Ramette ont pour vocation d’améliorer, sur un mode ludique, notre existence morale et spirituelle et de nous libérer des limites imposées par notre condition d’humains, comme se mouvoir en toute liberté dans les airs ou dans les profondeurs sous-marines. Mais au prix toutefois d’un effort physique, voire d’une mortification corporelle.

.

.

.

Galeries Lafayette Haussmann
40 Boulevard Haussmann,
75009 Paris, France

+33 1 42 82 34 56

http://haussmann.galerieslafayette.com/

.

.

.

.

.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.