Le Musée McCord présente l’exposition Musique – Le Québec de Charlebois à Arcade Fire‏

.

.

.

LE MUSÉE McCORD PRÉSENTE
m
MUSIQUE – LE QUÉBEC DE CHARLEBOIS
.
À ARCADE FIRE :
.
l’histoire du Québec à travers sa musique des années 1960 à aujourd’hui
.
.
.
.
.
.
.
.

 

Le Musée McCord est heureux d’annoncer que sa prochaine exposition Musique – Le Québec de Charlebois à Arcade Fire, prendra l’affiche du 30 mai au 13 octobre 2014. L’exposition, présentée par Sony Canada et Radio-Canada, en collaboration avec Le Lait, conviera le public à découvrir comment la chanson et les artistes de la scène musicale du Québec, des années 1960 à aujourd’hui, ont contribué à l’affirmation des Québécois et à la vitalité de différents courants sociaux.

.

Des chansonniers aux rappeurs, du rock à la musique du monde en passant par le yéyé et le disco, les artistes ont été, et sont encore, de véritables porte-étendards de multiples revendications et de passions populaires qui ont marqué l’histoire du Québec. Dans cette exposition, le discours historique sera ponctué d’une sélection de chansons qui plongeront le visiteur au coeur des aspirations sociales des cinq dernières décennies. Afin de rendre tangible ce patrimoine immatériel, l’exposition mettra aussi en valeur de multiples artefacts et objets appartenant à différents artistes, dont Daniel Bélanger, Richard Desjardins, Diane Dufresne, Raôul Duguay, Félix Leclerc, Claude Léveillée, Loco Locass, Samian, et Rufus Wainwright – pour n’en nommer que quelques-uns –, qui seront présentés dans un parcours thématique riche en émotions.

.

« L’histoire du Québec est intimement liée à celle de ses chansons et de sa musique, tout particulièrement depuis la Révolution tranquille. C’est donc à partir de ce patrimoine immatériel et unique qu’est la chanson populaire que nous avons voulu raconter les moments charnières de notre histoire et témoigner d’une époque et de notre identité », déclare Suzanne Sauvage, présidente et chef de la direction du Musée McCord.

.

Thèmes porteurs et univers marquants

Divisée en six zones distinctes, l’exposition proposera une véritable immersion dans la trame sonore du Québec. Porté par l’onde de la mouvance internationale, la Révolution tranquille et le développement de nouveaux médias, l’univers musical s’est transformé dès le début des années 1960. C’est de ce point culminant que s’amorcera l’expérience en salle pour le visiteur.

.

Muni d’un audioguide, celui-ci sera dirigé vers la première zone intitulée L’insolence de la jeunesse, alors que la légèreté et l’insouciance des jeunes, à ce moment-là majoritaires, ont su bousculer les conventions. L’époque yéyé, l’industrie du disque et la naissance du star-system seront mises en lumière par des artefacts révélateurs de ces transformations, dont les téléviseurs devenus omniprésents dans les foyers et les tourne-disques transportables. Trois minirobes provenant de la collection Costume et textiles du Musée McCord viendront agrémenter le tableau.

.

La zone suivante, Rêver de mondes différents, mettra en avant la chanson québécoise dite « engagée » et deux grandes mouvances ayant marqué le Québec, soit la quête identitaire et les luttes sociales à travers la contre-culture et l’altermondialisation. Grâce à des extraits vidéo, des guitares d’artistes dont la guitare Takamine de Richard Séguin, des pochettes de disques, notamment celle de l’album Entre la jeunesse et la sagesse de Kate & Anna McGarrigle, ainsi que plusieurs manuscrits tels que celui de la chanson Gens du pays de Gilles Vigneault, daté du 15 mai 1975, le public découvrira comment la musique populaire peut s’avérer un puissant outil de libération de la pensée et des moeurs, parvenant à laisser émerger la créativité.

.

Puis, en troisième zone, le thème Chants des braves explorera la quête identitaire et les luttes sociales chez les Premiers Peuples. Un court-métrage du réalisateur mi’kmaq Willie Dunn ainsi que plusieurs objets, tels qu’un tambour appartenant à l’artiste Samian, viendront étayer les propos.

.

En parcourant la zone Vivre sa fantaisie, le visiteur plongera dans une tout autre ambiance. Cette dernière illustrera, au moyen de costumes de scène et d’accessoires, la lutte contre le conformisme et les tabous menée par des artistes, qui tantôt brisent les conventions en affichant leur originalité, tantôt deviennent des symboles de la force et de la richesse d’une culture et participent à son affirmation internationale. Les célèbres lunettes ayant appartenu à André « Dédé » Fortin, de même que la robe-théâtre de Diane Dufresne, et la robe portée par André « Dédé » Fortin lors de sa prestation sur les Plaines d’Abraham dans le cadre des célébrations du 400e anniversaire de Québec exprimeront une part de leurs mondes fantasmatiques. La zone suivante, Les pas de géant, transportera le public dans l’effervescence des petits et grands spectacles qui ont profondément transformé l’univers culturel. Une ligne du temps associera ces spectacles mémorables aux divers changements ayant marqué l’évolution sociale du Québec. Certains événements majeurs comme L’Osstidcho (1968), ou encore, la rencontre sur scène d’Oscar Peterson et Oliver Jones jouant au piano en duo lors du Festival International de Jazz de Montréal (2004), seront représentés. En complément, des affiches, des photographies, de même que des appareils d’écoute collective et individuelle, viendront appuyer le thème.

.

Le parcours prendra fin dans la zone Hymnes, une aire réservée à l’écoute de chansons, qui mettra en valeur la portée universelle de trois oeuvres d’amour et d’espoir, désormais devenues intemporelles.

.

Plus d’une centaine de chansons, triées sur le volet pour leurs textes intimement liés aux propos évoqués dans cette importante exposition, permettront d’interpréter et de comprendre différemment l’histoire récente du Québec.

.

Le scénario de l’exposition Musique – Le Québec de Charlebois à Arcade Fire a été conçu et produit par l’équipe du Musée McCord. Un comité consultatif formé par Will Straw, Ph. D., directeur, McGill Institute for the Study of Canada, Université McGill; Benoit Migneault, directeur de la référence, Bibliothèque et Archives nationales du Québec; Mouffe, productrice; Sylvain Cormier, chroniqueur Musique au journal Le Devoir; Laurent Saulnier, vice-président à la programmation et à la production, Festival International de Jazz de Montréal, FrancoFolies de Montréal et Montréal en Lumière; Robert Thérien, coauteur du Dictionnaire de la musique populaire du Québec, professeur et conférencier; Henri Goulet, chargé de cours au Département d’histoire, Université de Montréal; Martin Pâquet, professeur titulaire au Département des sciences historiques, Université Laval, Sébastien Desrosiers, initiateur du volet Rock francophone sur Espace.mu à Radio-Canada, animateur à CIBL et blogueur pour Patrimoine P.Q.; Félix B. Desfossés, journaliste, chroniqueur et réalisateur à Radio-Canada, ex-Bande à part, et blogueur pour Vente de garage, ainsi que Christian Vachon, chef, Gestion des collections et conservateur, a validé son contenu historique.

.

La réalisation de cette exposition est rendue possible grâce à la collaboration de nombreux partenaires : Sony Canada et Radio-Canada, présentateurs; Le Lait, collaborateur; ELLE QUÉBEC; Rouge fm; Keurig®; les FrancoFolies de Montréal; le Festival International de Jazz de Montréal; le Festival Mode & Design; La Vitrine culturelle; ainsi que les partenaires médias, le Journal 24 heures et The Gazette.

.

.

.

.

.

.

 

MUSÉE McCORD
690, rue Sherbrooke Ouest
Montréal (Québec)
H3A 1E9
514 398-7100

À propos du Musée McCord Le Musée McCord se consacre à la préservation, à l’étude et à la mise en valeur de l’histoire sociale de Montréal d’hier et d’aujourd’hui, de ses gens, de ses artisans et des communautés qui la composent. Il abrite l’une des plus importantes collections historiques en Amérique du Nord, composée d’objets des Premiers Peuples, de costumes et textiles, de photographies, d’arts décoratifs, de peintures et d’estampes, et d’archives textuelles, totalisant plus de 1 400 000 artefacts. Le Musée McCord présente des expositions stimulantes qui interpellent les gens d’ici et d’ailleurs en posant un regard actuel sur l’histoire. Il offre également des activités éducatives et culturelles et développe des applications Internet innovatrices. Musée McCord, notre monde, nos histoires.

.

.

.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.