Printemps 2014 à la Fonderie Darling-Deux nouvelles expositions Nicolas Lachance et Thomas Bégin

.
.
.
.
.
Thomas Bégin
.
.
.
Byte by Byte 

m

Commissaire : Éric Mattson
 m
m
Installation sonore (grande salle) 
m
m
27 février – 20 avril 2014
m
m
 Vernissage des deux expositions
.
Jeudi 27 février de 17h à 22h
.
Entrée libre
.
.
.
.
.
.

BYTE BY BYTE est une installation sonore qui exploite les caractéristiques les plus fondamentales de la notion d’information numérique. L’œuvre est composée de huit stations, véritable chœur archaïque formé d’équipements de musique récupérés (amplificateurs, cabinets de basses, guitares, caisses de résonances et cymbales), de grappes de tubes fluorescents et d’un ordinateur. Dans cet étrange système de son conçu par Thomas Bégin, le code informatique est directement transcrit en partition musicale.

.

Le dispositif produit littéralement de la musique numérique en lisant un à un les octets tirés de divers fichiers qui sont ensuite transformés en impulsions électriques et lumineuses. De ce transcodage émerge une composition où apparaissent les aspects les plus physiques de l’inscription numérique (séquences, motifs, rythmes et textures). Chantant un flux de données au ralenti, l’ensemble de sculptures exécute une œuvre sans fin dont la musique découle de sa dégradation.

.

BYTE BY BYTE peut être perçue comme une composition sonore naïvement conceptualisée par un sculpteur. L’artiste nous présente des assemblages d’objets possédant leur propre cohérence formelle et poursuit ses recherches musicales en nous livrant une orchestration qui joue avec l’acoustique singulière du lieu. Cet amalgame de rôles donne justement une piste de lecture au projet. Là où l’on s’attendrait à entendre la musique d’un compositeur assisté d’un ordinateur, on se retrouve plutôt vis-à-vis du bruit de l’outil déboîté et réarrangé par un sculpteur. Dans cette appropriation défaillante, dépouillée de ses fonctionnalités premières, ne subsiste que la structure interne de l’outil, mise en lumière et utilisée de la manière la plus brute.

.

Remerciements : Conseil des arts du Canada, programme de subvention aux projets d’organismes artistiques.

.

.

.

.
.
.
.
Nicolas Lachance
.
.
.
Framing Smoke / Cadrer la fumée
m
m

Commissaire : Caroline Andrieux
m
 
Peintures 
(petite galerie)
m

27 février – 20 avril 2014

m

 Vernissage des deux expositions

Jeudi 27 février

17h à 22h

Entrée libre
.
.
.
.
.
.

Les œuvres de Nicolas Lachance pourraient se présenter comme un laboratoire offert à son expérimentation dans la tradition de la peinture abstraite géométrique du début du siècle dernier, plutôt que comme un espace voué à l’interprétation d’un objet réel ou imaginaire. Sa démarche pourrait également être qualifiée d’hétérogène, tant l’aspect visuel et la facture varient d’une série à une autre, passant de l’abstrait au figuratif, de la laque industrielle à la peinture à l’huile, du brossage à l’image rétroprojetée. Ce serait s’avancer sans compter les nombreuses déclinaisons que l’artiste exploite à travers son médium et ses recherches incessantes visant à sortir du cadre, à capter l’insaisissable, à mettre en relief de multiples couches d’interprétation. Ces différentes initiatives reflètent un questionnement constant, une remise en question de l’artiste sur la technique qu’il a choisie – la peinture – mais avant tout une mise en abîme de thématiques récurrentes telles celles de l’absence, du vide, de la mémoire.

.

L’exposition à la Fonderie Darling présente trois séries d’œuvres récentes, formant un corpus intentionnellement choisi. La série des Bloom est réalisée par superposition de multitudes de couches monochromes ultraminces, apposées à même la toile. Dans un processus contraire à cette accumulation, l’artiste retire ensuite de la couleur de la surface. Ainsi se révèle, de manière improbable, une image abstraite qui remet en question le principe même de la composition, celle-ci étant produite en grande partie par l’irrégularité du canevas. Elle apparaît scellée sous une surface polie, comme plastifiée, en raison des multiples sablages à l’eau. Sa singularité réside dans l’ambiguïté qu’elle suggère par la qualité photographique de sa surface tout en demeurant abstraite au niveau pictural. En vis-à-vis, l’ensemble Recollection est constitué à partir de photographies de masse laminées et mises au rebut. Dans un processus en sens inverse de la série précédente, l’artiste recouvre d’une unique couche de couleur la quasi-totalité de la surface, ne laissant entrevoir, de façon aléatoire, qu’une minuscule partie de l’image lui servant de support. Il en vient ainsi à questionner le principe même de la photographie, en tant qu’elle cadre son sujet de manière subjective.

.

Tout cela ferait sens si Nicolas Lachance n’avait pas choisi de présenter une œuvre d’une troisième série, les Filtres. De façon métaphorique, le filtre a la propriété d’offrir une résistance, de retenir une information, comme l’une de ces étiquettes qu’il serait trop facile de plaquer à sa démarche artistique et que l’artiste esquive inexorablement.

.

.

.

Et aussi…
.
.
.

Nuit électrique à la Fonderie Darling

Samedi 1er mars, de 19h à 2h. Entrée libre, ouvert à tous

Dans le cadre de Nuit blanche à Montréal du festival MONTRÉAL EN LUMIÈRE,

la Fonderie Darling ouvre ses portes en nocturne pour une effervescente Nuit électrique. Ce sera l’occasion de découvrir les deux nouvelles expositions de la saison et d’assister à une projection en extérieur du collectif IMCA SC (Université Concordia). Du vin chaud sera servi.

.

Concert de Thomas Bégin

Jeudi 3 avril, à 19h30. Entrée libre, ouvert à tous

Thomas Bégin donnera un concert au cœur de sa propre cybernétique en relation directe avec son exposition.

.

Rencontre avec Javier Gonzalez-Pesce

Jeudi 20 mars à 18h. Entrée libre, ouvert à tous

Dans le cadre de la résidence des Amériques de la Fonderie Darling, l’artiste chilien Javier Gonzalez-Pesce présentera son travail à l’occasion d’une discussion ouverte avec le public.

.

.

.

.

Fonderie Darling
745 rue Ottawa
Montréal, Quebec
H3C 1R8
tel: 514 392.1554
.

La Fonderie Darling est un centre d’arts visuels et un lieu incontournable de l’art contemporain, s’adressant à un public curieux de découvrir diverses formes d’art actuel. Occupant une ancienne fonderie dans le Vieux-Montréal, la Fonderie Darling, sous la direction artistique et générale de Caroline Andrieux, soutient la création, la production et la diffusion des oeuvres d’artistes émergents, offrant notamment des ateliers de création, des résidences artistiques internationales et des projets in situ. La Fonderie Darling est soutenu par le Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des arts du Canada, le Conseil des Arts de Montréal, Simms, Lafarge, Cantech, Philips et Sika.

.

.

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.