La Galerie Donald Browne présente MATIÈRE NOIRE de Christine Major

m

Détail, Matière Noir, acrylique sur toile, 68 x 68 ©Christine Major, photo par Guy L’Heureux

 .

.

.

.

La Galerie Donald Browne présente MATIÈRE NOIRE de Christine Major, du 22 février au 29 mars 2014. L’artiste sera présente au vernissage, le 22 février dès 16h.

.

Le vide, l’angoisse et une atmosphère de violence retenue se dégagent des tableaux de la nouvelle série MATIÈRE NOIRE de Christine Major. Des images apparemment sans lien — étalage de supermarché, cercles chromatiques et fragments de corps, écran vide et voiture calcinée — tissent un récit fragmentaire comme une série de questions posées à une réalité de plus en plus chaotique.

.

L’artiste puise son iconographie dans d’autres peintures ou films, dans des photographies issues des médias de masse, des ouvrages scientifiques ou des faits divers parus dans les journaux. La nature de ces représentations est ensuite profondément altérée par le traitement pictural que l’artiste leur confère.

.

Les effets de matière sont multipliés par les empâtements rugueux et les dégradés à la palette funèbre. Des documents photographiques trafiqués mettent à l’épreuve la véracité de ces vues de l’« extrême »: des particules élémentaires à la vision de l’univers. Ce sont des images de « traumatismes » à l’échelle de l’infiniment petit et de l’infiniment grand : crashs atomiques et collisions de galaxies. Ces visions de matière dense à fond perdu s’entrechoquent avec des images de sexe crues. L’hétérogénéité visuelle, fabriquée à partir de parcelles d’images X, est soigneusement retouchée par la peinture pulvérisée et traduit une volonté d’aller au-delà d’une simple affirmation radicale de l’objet.

.

Que nous veulent précisément toutes ces images et que voulons-nous d’elles en échange? Disent-elles la vérité sur le monde actuel ou sont-elles de sales manipulatrices? Nous rendent-elles narcissiques ou encore amnésiques ?

.

Christine Major est originaire de la ville de Québec, elle vit et travaille à Montréal. Elle est professeure à l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Elle a réalisé une vingtaine d’expositions individuelles au Canada parmi lesquelles on peut noter Vivarium en 2004, présentée dans la salle Zone-Libre au Musée des Beaux-arts de Montréal. Dans son travail récent, elle poursuit sa réflexion sur le statut des images en examinant plus spécifiquement la représentation du corps en lien avec les occurrences de ce dernier dans les images sources provenant de la culture médiatique. Ses œuvres font partie de plusieurs collections incluant celles du Musée national des beaux-arts de Québec, du Musée des beaux-arts de Montréal, de la Banque Nationale du Canada et d’Hydro-Québec. Représentante d’une nouvelle génération de peintre, elle fut conférencière dans divers contextes au Canada.

.

.

.

.
.
.
.
.

Galerie Donald Browne presents DARK MATTER by Christine Major, from February 22nd to March 29th, 2014. The artist will be present at the opening, February 22nd, at 4 pm.

.

Emptiness, anxiety and an atmosphere of restrained violence emerge from the paintings of Christine Major’s new series, DARK MATTER. Seemingly unrelated images – supermarket meat counters, colour wheels with body parts, blank screens and burnt-out cars – weave a fragmented narrative resembling a series of questions posed to an increasingly chaotic reality.

.

Major’s iconography draws from other paintings, films, scientific literature and photos from newspapers. The context and the content of these images are then profoundly altered by the pictorial treatment they are given.

.

Material effects are heightened by the splatter of rough impasto and the gradients of a dark and sinister palette. By using forged photographic elements, the artist challenges the veracity of these views of the « extreme », contrasting the infinitely small and the infinitely large in cosmic images of “trauma”: elementary particles implode and vast galaxies collide. Images of highly charged density from the infinite reaches of space clash with representations of raw sex. The visual heterogeneity that results from the deployment of X-rated sexual imagery is carefully retouched with spray paint, reflecting a desire to just go beyond a radical affirmation of the object.

.

What do these pictures want from us and what do we want from them in return? Do they tell the truth about today’s world, or are they just another dirty trick? Do they provoke us to be narcissists or amnesiacs ?

.

Christine Major is native of Quebec City, she lives and works in Montreal. She is a professor at the École des arts visuels et médiatiques de l’UQÀM. She has had twenty solo exhibitions in Canada among which may be noted Vivarium in 2004, presented in the dining -Free Zone at the Museum of Fine Arts in Montreal. In her recent work, she continues to reflect on the status of images examining more specifically the representation of the body as it relates to its representation in the mass media. Her works are found in many collections, including those of the Musée national des beaux-arts de Québec, the Museum of Fine Arts Montreal, National Bank of Canada and Hydro-Québec. Representative of a new generation of painters, she has been a frequent guest lecturer throughout Canada.

.

.

.

.

m
m
Galerie Donald Browne
372 Sainte-Catherine ouest suite 528
Montréal, Québec Canada
H3B 1A2
m
mm
mm
m
m
Heures d’ouverture Galerie Donald Browne
Mercredi au samedi de 12 à 17 h
.
.
.
.
.
.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.