Trois nouvelles expositions au Musée d’art contemporain des Laurentides

 
 
Manon Pelletier Un amour, 2013
Huile sur toile 204 x 107 cm
Photo : Michel Dubreuil
 
 
 

TROIS artistes : TROIS univers insolites
 
 

  

Découvrez, jusqu’au 9 juin au Musée d’art contemporain des Laurentides, trois univers différents et insolites : la Monstration de Manon Pelletier, le Tracanage de Raymond Aubin et les Paysages de nuit de Jean-Marcel Dumontier.

 

Aux premiers abords, tous ces titres peuvent sembler intrigants ou étranges, voire un peu hermétiques, mais les expositions séduisent vos souvenirs ainsi que votre imaginaire. 

 

En ce sens, l’artiste Manon Pelletier, dans l’exposition Monstration, fait écho au monstre, comme action de montrer exagérément le trop plein des émotions, celles qui détonnent socialement et, trop souvent, considérées inacceptables. Elle désire pointer l’extravagance ainsi engendrée et glisser vers la notion du monstre tel que le définit Alfred Jarry. L’artiste s’amuse avec l’image des émotions et travaille la composition de ses œuvres par des déconstructions et des assemblages de personnages, de couleurs en utilisant une technologie ancienne (huile/toile) et le truchement d’une technologie actuelle (traitement de l’image). À partir de photographies de personnes et de ses œuvres réalisées antérieurement, elle élabore les maquettes des toiles à réaliser. Tout se compose au fur et à mesure de façon non structurée.  

 

En ce qui concerne Tracanage, Raymond Aubin joue également avec la photographie. Cet artiste s’intéresse au mouvement du monde, notamment dans les lieux publics, et à l’étrange qui transparaît dans le quotidien, le banal. Par le biais de panoramas 360°, il travaille la mise en espace de la photographie et vous invite à vous déplacer pour les découvrir. Votre parcours ressemble alors à celui du déroulement de la soie, à l’action de dévider, faisant référence au titre ainsi qu’à l’esthétique d’inspiration chinoise contenue dans les œuvres exposées.

 

Quant à Jean-Marcel Dumontier, il vous propose ses Paysages de nuit. Derrière leur lourd voile de noirceur, une présence colorée, parfois rouge écarlate, semble vouloir de nouveau faire surface, tel un repentir. L’idée d’un bouillonnement ardent masqué par une couche noire volcanique, épaisse et texturée, vous viendra peut-être à l’esprit. Il mélange la peinture industrielle avec d’autres médiums tels le goudron ou l’encre de chine, puis la gratte pour lui donner relief et texture. Ces égratignures, réalisées par ce peintre laurentien, permettent également à votre regard de pénétrer à l’intérieur des œuvres qui nous enveloppent d’obscurité. L’artiste interprète son quotidien de façon abstraite avec ses nuances et ses contrastes.

 

 

 

 

 
 
Musée d’art contemporain des Laurentides
101, place du Curé-Labelle
Saint-Jérôme (Québec)
J7Z 1X6
T : 450.432.7171
 
 
 
 
 
 
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.