Pérou : royaumes du Soleil et de la Lune – au Musée des beaux-arts de Montréal

 
 
 
 

En exclusivité au Canada, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) présente en grande première du 2 février au 16 juin 2013 l’exposition Pérou : royaumes du Soleil et de la Lune – Identités et conquêtes aux époques ancienne, coloniale et moderne. Initiée, conçue, produite et mise en tournée par le MBAM, cette exposition révèlera une vaste sélection de trésors précolombiens et de chefs-d’oeuvre issus de l’ère coloniale jusqu’à l’indigénisme, dont plus d’une centaine n’a encore jamais été montrée en dehors du Pérou. Avec plus de 350 oeuvres d’art (peintures, sculptures, ornements en or et en argent, céramiques, photographies, oeuvres sur papier, textiles et vidéos) provenant de près de 50 collections publiques et privées, dont une grande majorité du Pérou, mais aussi du Canada, des États-Unis, de France et d’Allemagne, la présentation parcourt 4 000 ans d’histoire, y compris les découvertes archéologiques des dernières décennies.

 

 

« En initiant cette exposition sur la question identitaire en Amérique latine, à la suite de ¡Cuba ! Art et histoire de 1868 à nos jours présentée en 2008, j’ai trouvé fascinant de constater que l’archéologie n’a révélé ce berceau de la civilisation – l’un des six du monde – que récemment, au cours du XXe siècle, explique Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du MBAM. Notre exposition montrera comment, au cours de l’époque moderne, le regard rétrospectif sur l’histoire est passé d’une interprétation coloniale à un tout nouveau sentiment nationaliste. Ce projet complexe réunit de nombreux prêts publics et privés du Pérou, dont certains objets inédits. Mais surtout, il étudie plusieurs peintures réalisées après la conquête espagnole et, pour la première fois hors du Pérou, allant de l’époque indigéniste moderne jusqu’après l’indépendance. Les constantes d’une civilisation établie sur des millénaires retracent des perspectives jusqu’ici jamais exposées », ajoute Mme Bondil.

 

 

Berceau de la civilisation andine, le Pérou des mythes, et son histoire préhispanique, coloniale et moderne, seront racontés dans cette exposition divisée en quatre parties :

 

· la première section (l’introduction) expliquera comment l’archéologie écrit une histoire nationale, depuis la découverte du Machu Picchu, en 1911, jusqu’à la récente restitution d’oeuvres ;

 

· la deuxième, axée sur les mythes et les rituels des anciennes civilisations des Andes, établira la place occupée par l’ère précolombienne dans l’identité péruvienne ;

 

· la troisième illustrera la perpétuation, la dissimulation et l’hybridation de la culture indigène à l’époque coloniale ;

 

· la dernière section mettra en lumière la redécouverte de cette culture au XXe siècle et la remise en valeur des symboles identitaires anciens dans l’iconographie péruvienne contemporaine.

 

 
« Par la représentation et la réinterprétation de mythes, rituels et autres symboles identitaires primordiaux au moyen de traditions artistiques contrastées, l’exposition montrera de quelle façon le pouvoir évocateur des images a influencé l’histoire du Pérou aux époques préhispanique, coloniale et moderne », ajoute Victor Pimentel, conservateur de l’art précolombien au MBAM et commissaire de l’exposition.

 

 

L’illustration des croyances et des rituels des sociétés précolombiennes

 

Le rapport à la mort, en particulier le dialogue constant entre le monde des morts et celui des vivants, est une composante essentielle de la spiritualité andine. Chez les Mochicas, la cérémonie du sacrifice participait à la perpétuation des ordres surnaturel et social, tandis que le culte des ancêtres revêtait une importance significative dans les cultures lambayeque et chimú. Des objets de différentes époques et de différentes régions illustreront les croyances et les rituels qui ont marqué la vie des sociétés précolombiennes. L’exposition se centrera notamment sur la cérémonie du sacrifice des Mochicas et sur les rites funéraires des Chimús et des Lambayeques, en offrant l’une des représentations les plus complètes de ces rituels. Des oeuvres majeures en or, argent et turquoise provenant des tombes royales de Sipán seront aussi exposées – dont les sépultures révélées en 1987 par l’archéologue Walter Alva, qui constituent la plus importante découverte effectuée au Pérou depuis celle du Machu Picchu.

 

 

Un programme éducatif enrichi
En partenariat avec les facultés d’histoire, d’études anciennes, d’études hispaniques, de littérature et de langues des quatre grandes universités montréalaises et de l’École internationale de langues du YMCA, le Musée a développé un important programme éducatif pluridisciplinaire. Les professeurs ont été invités à développer des cours portant spécifiquement sur les thématiques abordées par le projet Pérou, qui pourront être donnés in situ dans les salles du Musée. Ces activités réservées aux étudiants des études supérieures des quatre universités montréalaises se dérouleront principalement du 17 juin au 15 septembre 2013. Il s’agit de la plus importante initiative du genre pour le Musée, qui renforce ainsi les liens privilégiés qu’il entretient avec le milieu universitaire.

 

 
Une nouvelle publication mettant à contribution des sommités de l’archéologie et de l’art du Pérou
Pour l’occasion, le MBAM publiera une riche publication de 384 pages coéditée en versions française et anglaise par le Musée des beaux-arts de Montréal et 5 Continents Éditions (Milan). Richement illustré (450 illustrations), cet ouvrage comprend des essais des plus éminents conservateurs et spécialistes ainsi que des entrevues des acteurs témoins importants de l’archéologie, de l’histoire de l’art et de la littérature péruvienne tels que l’auteur Mario Vargas Llosa. Bénéficiant d’une distribution internationale, ce livre contribuera à enrichir les connaissances et l’appréciation de l’art péruvien dans toute sa splendeur.

 

 

 

Commissaire
 
· Victor Pimentel, conservateur de l’art précolombien au MBAM
· Assisté par Erell Hubert, commissaire adjoint
 
 
 
 
 
 
 Musée des beaux-arts de Montréal
1380, rue Sherbrooke Ouest
Montréal, QC
Canada
H3G 2T9
514 285-2000 
 
 
 
 

Oeuvre: Anonyme, peut-être Lima Depósito eucarístico con forma de pelícano [Urne eucharistique en forme de pélican] vers 1750-1760 Argent partiellement doré, pierreries 83 x 91 cm Monasterio Nuestra Señora del Prado, Lima Photo Daniel Giannoni

m

m

m