YANN POCREAU & JEAN McEWEN / Galerie Simon Blais

 

 

Yann Pocreau, Chantier – 3, 2012, épreuve à développement chomogène (édition de 3), 127 x 193 cm
© Yann Pocreau (2012)

 

 

 

YANN POCREAU

 
Chantiers
 
 
 
12 septembre – 13 octobre 2012
 
 
 
 
Vernissage
mercredi
12.09.12
18h à 20h
 
 
 
 
September 12 – October 13, 2012
Opening: Wednesday, September 12, 6 P.M. to 8 P.M.

 
L’exposition Chantiers propose un ensemble d’œuvres photographiques récentes de l’artiste montréalais Yann Pocreau. L’artiste investit des constructions domiciliaires en chantier en s’attardant à la relation qui existe entre construction, architecture et composition photographique. Ainsi, les volumes angulaires construits et ceux que dessine, en photographie, la lumière font l’objet d’un corpus résolument abstrait et géométrique. Ces moments interstitiels où le bâti, la signature architecturale et le détruit se confondent, combinés à la captation d’une lumière naturelle qui divise et organise l’espace, composent ici des œuvres d’une grande force plastique.

 

 

Yann Pocreau remercie la SHED architecture, Boréalis et ses clients pour leur précieuse collaboration.

 

 

The exhibition Chantiers presents a group of recent photographs by Montréal artist Yann Pocreau. Exploring the nooks and crannies of residential construction sites, he lingers over the relation existing between building, architecture and photographic composition. In this way, the angular volumes of buildings and those delineating light in photography become the subject of a resolutely abstract, geometric body of work. Here, those interstitial moments in which merge the built, the stamp of architecture and what has been torn down combine with the capturing of a natural light that divides and organizes space to form works of great visual power.

 

 

Yann Pocreau would like to thank Boréalis, la SHED architecture and its clients for their invaluable collaboration.

 

 

 

 

 

 

Jean McEwen, La folie conduisant l’amour no 2, 1967, acrylique sur toile, 183 x 183 cm © Succession Jean McEwen (2012)

 
 
 
 
JEAN McEWEN
 
 
La séduction de l’acrylique
 
 
 
 

La séduction de l’acrylique réunit une douzaine de tableaux peints à l’acrylique par Jean McEwen entre 1965 et 1969, ainsi que quelques lithographies produites par l’artiste au cours de cette même décennie. L’année 1965 marque un tournant dans la carrière de Jean McEwen : pour la première fois, il utilise l’acrylique plutôt que la peinture à l’huile. Cela ne manque pas de surprendre lorsque l’on sait l’importance que cet artiste accorde à la texture et à la matière. Cette approche permet au peintre de se concentrer sur les effets de la couleur, sans la séduction de la matière. De plus, la démarche s’apparente à une tendance alors fort présente tant au Québec qu’aux États-Unis, où le hard-edge prend de l’ampleur avec des peintres tels que Frank Stella, Ellsworth Kelly ou Kenneth Noland. McEwen continue cette exploration jusqu’en 1970, puis juge que le médium lui impose trop de limites et l’abandonne, en même temps qu’il s’éloigne du formalisme. Il se remet alors à la peinture à l’huile, qu’il privilégiera jusqu’à la fin de sa vie.

 

 

La séduction de l’acrylique brings together some dozen works Jean McEwen painted in acrylic between 1965 and 1969, as well as a number of lithographs the artist produced during the same decade. The year 1965 marked a turning point in Jean McEwen’s career as, for the first time, he used acrylic, rather than oil, paint. A development that was all the more surprising given how important texture and medium were to him. However, the new approach—similar to that of hard-edge painting, a trend then gaining in importance and influence in both Québec and the United States, with the work of artists like Frank Stella, Ellsworth Kelly and Kenneth Noland—enabled the painter to focus on the play of pure colour, without being beguiled by its materiality. McEwen continued his explorations in this vein until 1970, when, at the same time as he distanced himself from formalism, he gave up using acrylic, having come to the conclusion that the medium imposed too many restrictions on him. He went back to painting in oil, the practice he favoured for the rest of his life.

 

 

 

 
 
Galerie Simon Blais
5420, boul. Saint-Laurent, local 100
Montréal (Québec)
H2T 1S1
514 849-1165

 

Heures d’ouverture
 
Mardi, mercredi, vendredi: 10h à 18h
Jeudi: 10h à 20h
Samedi: 10h à 17h
 
 
 
Opening hours
Tuesday, Wednesday, Friday: 10 a.m. to 6 p.m.
Thursday: 10 a.m. to 8 p.m.
Saturday: 10 a.m. to 5 p.m.
 
 
 

m

m

m

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.