Une rentrée solidement architecturée chez Art Mûr

Oeuvre: Colleen Wolstenholme
 
 m 
ROBBIE 
CORNELISSEN
 m
COLLEEN 
WOLSTENHOLME
FRANÇOIS
  RAYMOND
 
 
Du 3 septembre au 22 octobre 2011
 
Vernissage
Samedi 3 septembre 15h
 
 
 
 
Colleen Wolstenholme
Represent!
 
Texte de Alexandre Poulin
 
 
Voilà déjà plus de vingt ans que Colleen Wolstenholme développe une pratique hybride fortement politisée où l’asservissement des femmes est placé à l’avant-plan. Dans les années 90, c’est notamment avec ses bijoux et sa série d’oeuvres picturales, sculpturales et digitales reliées à l’univers féminin et créées à l’effigie de comprimés pharmaceutiques qu’elle acquit une certaine notoriété et s’inscrit fermement dans le courant de pensée féministe. Favorisant des formes d’art traditionnellement assignées aux femmes (tissage,joaillerie, céramique, etc.), Wolstenholme actualise l’art décoratif tout en se positionnant face aux pratiques culturelles. Elle s’inspire d’objets de la culture visuelle qu’elle détourne pour ensuite proposer des œuvres au pouvoir symbolique évocateur.
 
 

Robbie Cornelissen
With Love from Crazy Horse
 
Texte de Catherine Barnabé
 
 
Robbie Cornelissen crée des espaces architecturaux à la fois difficilement pénétrables et inclusifs pour le spectateur. Ce dernier se trouve devant un réseau de lignes et de traits complexe et dense qui crée parfois un effet de repoussoir, alors que le lieu de la toile est comme un enchevêtrement de structures qui n’est pas sans rappeler celui d’un film de science-fiction dans lequel des villes futuristes seraient imagées de la sorte. L’aspect généralement monumental des oeuvres crée également cet effet d’espace inclusif, voire immergeant. Les dessins sont exploités de deux façons : fixe, ou en mouvement dans des vidéos d’animation, souvent comme des espaces saturés et toujours comme des lieux vides et sans fin.
 

François Raymond
f. Utilités
 
Texte de Josianne Monette
m

Tributaires du ready-made et du pop art, les sculptures que François Raymond nous présentent sont ludiques. L’artiste investigue le domicile et s’empare de ce qui fait partie de notre quotidien. Il détourne les objets de leur fonction habituelle pour leur donner un sens nouveau, pour en faire une nouvelle image. Il multiplie les associations inusitées entre les objets qu’il emploie. À chaque fois, le mélange est loufoque. Mais la compréhension de chacune des oeuvres passe inévitablement par leur titre. Ces titres, parfois poétiques, aiguillent notre lecture des oeuvres. Ainsi, un épi de maïs inséré dans un fusil à colmater devient un Popgun, alors que deux cendriers dans lesquels sont déposés cigarettes et cigare prennent un sens plus dramatique et nous renvoient directement à la tragédie du 11 septembre avec un titre comme Cendrier Ground 0.

 

Art Mûr
5826, rue St-Hubert
Montréal (Québec)
H2S 2L7
tél +1 (514) 933 0711
 
 
 

 

Vues de l’intérieur
08.09 – 09.10.2011
m

m

(ici)

m

m