Les Dernières Choses – OEUVRES D’ALEXIS LAVOIE / MAISON DE LA CULTURE FRONTENAC

 

 

 

Jusqu’au 25 août prochain, la maison de la culture Frontenac présente les oeuvres récentes du peintre Alexis Lavoie dans l’exposition Les Dernières Choses.

 

 

Pour Alexis Lavoie, les dernières choses apparaissent sur les planchers et dans le ciel. Elles découpent leurs propres lieux, se pendent sur leurs pans colorés et disparaissent sous leurs matières. Leurs univers se morcellent en ballons de plage, surfaces peintes, têtes de mort, arcs-en-ciel et souvenirs empaillés sur les murs. Les Dernières Choses se brouillent dans l’espace, le temps et le sens. Portraits et paysages psychologiques, tous ces lieux ambigus contiennent des drames latents et des traces d’évènements traumatiques.

 

 

Parmi ces aires incertaines, les tableaux de la série En Pièces représentent des espaces claustrophobiques aux constructions schématisées. À l’intérieur des couloirs,pièces et cours intérieures représentés, il semble s’être passé quelque chose dont la nature nous échappe. Pour sa part, la série Découpe dévoile des ciels bleus et des paysages d’un vert éclatant formant des décors où se déroulent d’étranges spectacles. Dans une ambiance se situant quelque part entre l’orgie, la fête et le massacre, des corps nus de toutes sortes s’accumulent dans des poses et des actions inexpliquées.

 

 

« Mes tableaux se construisent par analogies et associations d’images ponctuées de moments narratifs, de dire Alexis Lavoie. Souvent énigmatique, parfois inquiétant, mon travail confronte le spectateur à des sujets problématiques; il révèle une prise en compte du monde actuel et tente de faire le nuancier de ses contradictions. Au moyen de la peinture, je m’intéresse à la psychologie et à des aspects de la nature humaine difficiles à confronter. Dans l’acte de peindre, je cherche une saisie intuitive et critique de ce qui m’entoure. Mes œuvres témoignent d’expériences humaines que l’on devine traumatiques et angoissantes. L’isolement, la solitude, le manque, l’artificialité, l’abus, l’exploitation, la mort, l’amour, la violence, la menace, l’enfance, la fin de l’espèce et la quête du bonheur sont des thèmes perceptibles et récurrents dans mon travail. »

 

 

À la fois le résultat d’une fragmentation et d’une tension entre plusieurs univers, les tableaux de Lavoie cherchent à susciter une impression trouble. Au moyen de la matière et de la couleur, l’artiste cherche à faire éclater la beauté et la laideur sur une même surface. La quête d’un idéal de beauté, de sublime et de séduction par le travail pictural se double ainsi d’un trouble laissé par la violence dans toute sa laideur.

 

 

 

 
 

Alexis Lavoie est né à Montréal en 1980. Titulaire d’un baccalauréat en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal, son travail a été présenté autant dans des expositions solo (Nature Deficit, en duo avec David Lafrance, KWT Contemporary, Toronto, 2011; D’après nature, Galerie Lacerte, Québec, 2010; Des restes humains, Usine C, Montréal, 2009) et dans des expositions collectives (Feu, Centre Clark, Montréal, 2011; (2) 1:19:59, Arprim, Montréal, 2011; Concours de peintures canadiennes de RBC, The Power Plant, Toronto, 2010). Il a remporté le premier prix du Concours de peintures canadiennes RBC en 2010. Il vit et travaille à Montréal.

 
 
 
Maison de la culture Frontenac
2550, rue Ontario Est,
Montréal (Québec)
H2K 1W7
Tél. +1 514.872.7882
 
 
 
Horaire ouverture
 
Mardi 13h à 19h
Mercredi 13h à 19h
Jeudi 13h à 19h
Vendredi 13h à 17h
Samedi 13h à 17h
Dimanche 13h à 17h
 
 
Œuvre : Découpe (4) / Parade, 2011, huile sur toile, 48 x 71,5 po
m
m
m