Double Négatif présente « De Profundis » de Lawrence Brose – au cinéma Excentris

 
 
 
 
 
DE PROFUNDIS
JEUDI LE 28 JUIN
 
 
 
 
 

Lawrence Brose, version originale anglaise, 65 minutes.

 

DE PROFUNDIS est l’investigation fascinante et séduisante du projet d’Oscar Wilde d’esthétique de la transgression. Incorporant des films de famille des années 20, des films homo érotiques, des images de réunions des Radical Faerie et des rites païens gays, des performances radicales de drag queens et des images de réclusion, le film déploie une investigation hantée par la masculinité, l’étrangeté, l’histoire et la sexualité. Dans De Profundis, Lawrence Brose recourt à une division tripartite pour envisager les implications historiques de la sexualité, le façonnage des genres et du langage afin d’explorer la poétique d’Oscar Wilde et de critiquer l’homogénéisation produite par le mouvement gay contemporain.

 

 

Le film se sert des manipulations expérimentales et des procédés de développement alternatifs afin d’altérer l’imagerie originale. Les séquences transformées abordent le cadre défini de la masculinité, alors que sont questionnés les concepts de rédemption, de contamination et de transgression, en regard des critiques de Wilde et de la culture gay contemporaine. Ces images sont accompagnées d’une bande-son composée d’aphorismes d’Oscar Wilde, d’une partition de Frédérique Rzewski et d’une multitude d’interviews de différentes figures contemporaines du monde gay.

 
 
 
 
 
 
 
 
DE PROFUNDIS
JUNE 28
 
 
 

Lawrence Brose, in the original English, 65 minutes.

 

De Profundis was the closest Oscar Wilde ever came to a queer apologia and defense, written as a letter from Reading Gaol over a three-month period in 1897. In it the imprisoned author laments the mask of bourgeois heterosexual he wore for so long: « Those who want a mask have to wear it » is his brief, bitter assessment. This idea of queers and the masks society forces them to adopt is also one of the driving themes of Lawrence Brose’s 65-minute experimental film, also called De Profundis, a surreal exploration of homo identity.

 

 
This difficult film is a stroboscopic collage of 1920s queer home movies, old gay porn loops, Radical Faerie hoedowns, and drag queen performances, images the director stretches, flattens, reverses, recolors, and degrades in a heady attempt to render the shifting queer persona and the many assaults on it. Wilde « appears » as the film’s patron saint in passages read from De Profundis, many of them pungent aphorisms that speak volumes not only about his wretched experience in jail but about the intense desirability of prying off that mask and living authentically.

 
 
 
 
 
 
 
Cinéma Excentris
3536, Boul. St-Laurent
Montréal (Québec)
H2X 2V1
 
m
m