Dans le cadre de sa programmation Vitrine d’été, Occurrence présente, une œuvre inédite de l’artiste montréalais : Emmanuel Galland

 
 
 
 
Emmanuel Galland
 
 
 
Annonces classées
Classifieds
ΜΙΚΡΕΣ ΑΓΓΕΛΙΕΣ
  רעקלא מַעס 
 
 
 
Jusqu’au 8 juillet
24 h/24

 

 

 

LE NOBODY DE QUELQU’UN

 

Aujourd’hui, on retrouve les petites annonces de rencontres, d’achat/vente et de locations sur Internet : la Toile facilite les échanges spontanés. À contre-courant, Emmanuel Galland placarde ses « Annonces classées/… » imprimées dont les agrandissements recouvrent la vitrine de la galerie. Le texte des annonces utilise le langage semi crypté de cet exercice : un résumé de l’offre et des attentes. Par contre, l’artiste multiplie ici les stratégies et conditions d’une rencontre en présentant le même texte en quatre langues : français, anglais, grec et Yiddish. La galerie est située le long d’une artère commerciale : l’avenue du Parc où de multiples commerces sont abandonnés – avec leurs vitrines bouchées par du papier – et dans un quartier qui s’est défini dans le temps par la migration et l’implantation de communautés grecques et juives. Une mixité de populations francophone/anglophone/allophone qui cohabitent bien ensemble, ce qui caractérise la vie dans la métropole. Insolite dans cet environnement, le message des annonces est clairement orienté gay. Sous ses apparences d’esthétique publicitaire reliée aux commerces voisins, les slogans multilingues soulèvent les questions de l’affirmation de soi, de tabou, du poids des traditions, de conditionnement social différemment vécues d’une communauté à l’autre.

 

 

Le travail de Galland fait aussi allusion au terme « occurrence », dénomination de la galerie (avec son enseigne sur le fronton qui ne mentionne aucune « galerie d’art » mais exhibe un mot-clé). Ici, l’installation fait écho au terme « occurrence » par son type d’affichage inusité et l’idée du hasard reliée à la rencontre souhaitée de partenaire/s. Sous la formulation de cet appel (codification, classification, hiérarchisation et différenciation sexuelle ou culturelle) se dissimule la quête de l’autre, universelle. L’intervention urbaine se présente également comme un monument à un inconnu en la personne de l’être et questionne celles et ceux que l’on célèbre généralement pour leurs hauts faits.

 

 

En outre, chaque affiche comporte la référence « 101 » qui fait un clin d’œil et un pied de nez à la langue prioritaire dans l’affichage public et la publicité commerciale au Québec (Charte de la langue française, article 58).

 

 

 

 

 

 

CHACUN CHERCHE SON CHAT

 

À la manière et sous la forme des affichettes collées sur les poteaux dans les rues qui annoncent « Chat perdu», concerts et ventes de garage, l’affiche polyglotte est dupliquée et disséminée dans le quartier (quadrilatère Hutchison / Van Horne / Saint- Laurent / Laurier) comme une publicité de produits dérivés. Ainsi, l’installation urbaine Site Specific est multiforme : l’ensemble du réseau d’affichage dessine un parcours, propice ou pas (?) aux rencontres fortuites.

 

 

FAIRE LE GUET

 

Les affiches miment la graphie standard des annonces classées des journaux et sites Web spécialisés, mais le ton de l’ensemble n’est pas exempt d’humour oscillant entre gay, guetter et gaieté. « Poésie du pauvre » pour certains, la Petite Annonce est ici magnifiée par son format et son emplacement. En l’occurrence, l’intervention croise le chemin des passants, mêle les langues et crée un événement, celui d’un casting sauvage dont la cible demeure inconnue.

 

 

 

 

 
 
 

Formé en arts plastiques et en histoire de l’art à l’Université de Montréal, Emmanuel Galland est artiste/commissaire et consultant en cultures et communications. En 2010, il concevait une intervention intérieure, extérieure à Articule (Montréal) en duo avec l’artiste François Lalumière. L’hiver dernier, il présentait une exposition solo à VU – Centre de diffusion et de production de la photographie (Québec). Galland est le commissaire invité du Symposium international d’art in situ 2011-2012 produit par la Fondation Derouin à Val-David [jardinsduprecambrien.com]. L’exposition de groupe « PEUT MIEUX FAIRE – Cahiers d’exercices » qu’il a organisée à la galerie Atelier Punkt en 2009 puis à l’OEil de Poisson en 2011 sera présentée dans une nouvelle formule à Vaste et Vague (Moncton) en septembre prochain.

 

 

L’artiste tient à remercier Caroline Hayeur, Gabriel Coutu-Dumont, Debna, Katerina Mortzou, Bronna Ghita Levy, Charlène Béla, Josh DCD, François Lalumière, Victor Chay, Lady McBouth & Yang, Lyn Dagau, Clément Degau, Eric Filt, Peter Pilot, Pat Bern, Sam Lam, Bruno Ricri ainsi que l’équipe et les membres d‘Occurrence.

 

 

 

Et aussi…

Du 11 juin au 24 août 2012
Vitrine et studio d’été !

 
 

Ce sera une œuvre de l’artiste Valérie Kolakis qui occupera la vitrine dès le 10 juillet !
Valérie Kolakis occupe l’espace galerie durant tout l’été , elle présentera une œuvre en vitrine dès le 10 juillet , par la suite, elle ouvrira les portes de son atelier pour présenter le travail qu’elle aura réalisé tout au cours de l’été.
C’est donc à suivre….

 
 
 
 
Occurrence – Espace d’art et d’essai contemporains
5277 avenue du Parc
Montréal, Qc,
Canada
H2V 4G9
514 397 0236
m
m
m