Zoo au Musée d’art contemporain de Montréal

 
 
 
 

Réunissant quelque 50 œuvres qui ne manqueront pas de susciter une réflexion, très actuelle, sur la relation entre l’humain et l’animal, le Musée d’art contemporain de Montréal présente Zoo, son exposition estivale, du 24 mai au 3 septembre prochain. Cette exposition collective rassemble les œuvres de vingt artistes québécois, canadiens et internationaux. Faisant allusion au zoo comme mode de représentation du règne animal et du vivant, celle-ci rassemble des œuvres qui favoriseront un questionnement à l’égard de l’intérêt particulier pour l’animal que l’on observe dans l’art contemporain depuis plusieurs années et s’inscrit dans les débats récents autour de l’histoire naturelle et sur notre rapport au monde, marqué par des bouleversements écologiques et géopolitiques sans précédent. À signaler : en grande première au Canada, l’œuvre Circle of Animals/Zodiac Heads: Gold de l’artiste et dissident chinois Ai Weiwei sera présentée au MAC en cette occasion.

 

 

Par le biais des œuvres, les artistes font état de la très grande diversité des relations qui existent entre l’humain et l’animal et abordent cette question dans une perspective très large. Certains artistes utilisent cette relation pour explorer des représentations culturelles, pour réinterpréter des stéréotypes anthropologiques ou pour faire ressortir l’idée, encore très répandue aujourd’hui, de la primauté de l’être humain. D’autres s’intéressent plutôt au mode de classification, de collection et d’exposition qui sont propres à la fois au musée et au zoo, puisque ces derniers partagent un mode similaire d’appréhension et d’organisation du monde. D’autres artistes encore ont recours à des espaces ou à des métaphores qui ouvrent sur d’autres dualités ou zones de conflit. Parler de l’animal ou de l’animalité aujourd’hui, c’est parler du rapport que nous entretenons avec lui et, de façon plus vaste, du rapport à l’autre.

 

 

 

Artistes
 
 

Les artistes dans Zoo sont : Ai Weiwei (né à Pékin, vit et travaille à Pékin), David Altmejd (né à Montréal, vit et travaille à New York), Shary Boyle (née à Scarborough, Ont., vit et travaille à Toronto), Mark Dion (né à New Bedford, Mass., vit et travaille à New York) , Nathalie Djurberg (née à Lysekil, Suède, vit et travaille à Berlin), Jason Dodge (né à Newton, Penn., vit et travaille à Berlin), Trevor Gould (né à Johannesburg, vit et travaille à Montréal), Renée Green (née à Cleveland, vit et travaille à San Francisco), Rachel Harrison (née à New York, vit et travaille à Brooklyn), Mona Hatoum (née à Beyrouth, vit et travaille à Londres), Pierre Huyghe (né à Paris, vit et travaille à Paris), Matthew Day Jackson (né à Panorama City, Calif., vit et travaille à Brooklyn), Brian Jungen (né à Fort St. John, C.-B., vit et travaille à Vancouver), Liz Magor (née à Winnipeg, vit et travaille à Vancouver), Ugo Rondinone (né à Brunnen, Suisse, vit et travaille à New York), Kevin Schmidt (né à Ottawa, vit et travaille à Vancouver), David Shrigley (né à Macclesfield, Angleterre, vit et travaille à Glasgow), Kiki Smith (née à Nuremberg, Allemagne, vit et travaille à New York), Haim Steinbach (né à Rechovot, Israël, vit et travaille à New York), Jana Sterbak (née à Prague, vit et travaille à Montréal). Parmi les œuvres majeures et inédites présentées dans Zoo, on souligne :

 

 

Circle of Animals/Zodiac Heads: Gold, 2010, de l’artiste et dissident chinois Ai Weiwei, est une œuvre magistrale présentée pour la première fois au Canada. Dans cette œuvre, Ai Weiwei fait une relecture des douze têtes d’animaux en bronze représentant le zodiaque chinois traditionnel qui, autrefois, ornait la fameuse fontaine-horloge de Yuánmíng Yuán, une retraite impériale à Beijing.

 

 

Réalisée expressément pour l’exposition Zoo, David Altmejd propose ici une œuvre inédite intitulée Le Spectre et la Main, 2012, qui reprend des éléments propres à la production de l’artiste, comme un leitmotiv. Dans ce sens, l’œuvre évoque un vivarium qui nous étonne par sa grandeur et où se déploient des agrégats de fils qui introduisent l’idée du mouvement, de la métamorphose perpétuelle.

 

 

Une installation imposante de Trevor Gould, intitulée God’s Window, a été conçue spécialement pour le Jardin de sculptures du Musée et se greffe à sa fontaine. Cette sculpture emploie la figure du singe qui apparaît souvent dans la production de l’artiste et la structure en soi fait écho à l’architecture environnante.

 

 

Enfin, mentionnons Chair Apollinaire, de Jana Sterbak, un fauteuil « club » réalisé en viande. Sa présentation au MAC constitue une première au Canada.

 

 

Marie Fraser, conservatrice en chef du Musée, et François LeTourneux, conservateur adjoint, sont les commissaires de l’exposition Zoo.

 

 

À l’occasion de cette exposition, le Musée d’art contemporain de Montréal lance une importante publication de 240 pages, abondamment illustrée, intitulée Zoo. Elle regroupe une introduction signée par les commissaires de l’exposition, Marie Fraser et François LeTourneux, des textes de présentation sur chacun des artistes ainsi qu’une typologie des rapports entre l’humain et l’animal dans l’histoire naturelle, la philosophie, l’imaginaire et la science. Rassemblant une soixantaine de citations d’auteurs qui ont été déterminants dans l’histoire des idées ou qui cherchent aujourd’hui à repositionner les fondements de cette réflexion, cette typologie s’étend du principe du vivant aux méthodes de classification et aux structures de représentation du monde animal par les mythes, les sciences naturelles et les zoos. Cette typologie a été rédigée par Marie Fraser avec la collaboration de Dominique Allard et Julie-Ann Latulippe. La publication vendue au coût de 32,95 $ sera disponible à la Boutique du MAC et en librairie.

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
Musée d’art contemporain de Montréal
185, rue Sainte-Catherine Ouest
Montréal (Québec)
H2X 3X5
Tél. : 514 847 6232 
 
 
 
Oeuvre: David Altmejd / Untitled, 2012
m
m
m