Dil Hildebrand – Back to the Drawing Board / Pierre-François Ouellette art contemporain

 
 
 
 
Dil Hildebrand
 
 
Back to the Drawing Board
(Reprise)
 
 
 
 
 
Du 12 mai au 30 juin 2012
 
 
 
 
 
 
Vernissage
12.05.12
14h30 – 17h30
 
 
 

Avec une programmation spéciale dans la salle vidéo : Glenda León : Dirigir las Nubas

 

 

Pierre-François Ouellette art contemporain est ravi de présenter la nouvelle exposition solo de Dil Hildebrand à Montréal. Les oeuvres de sa récente série ont été remarquées lors de leur dévoilement au centre d’artistes YYZ à l’automne dernier et nous sommes très heureux d’accueillir les nouveaux tableaux et dessins qui poursuivent les recherches formelles entamées par l’artiste dans cette veine. Dans la salle vidéo de la galerie, nous présentons une vidéo de l’artiste cubaine de réputation montante Glenda León.

 

L’année dernière, j’ai profité de l’occasion d’une exposition à Toronto pour réaliser une série de peintures que j’avais en tête depuis un certain temps. L’exposition s’intitulait Back to the Drawing Board, et répondait au désir d’explorer une manière de peindre différente de la profondeur « pittoresque » du style atmosphérique que j’avais jusqu’alors adopté. Bien que ces nouvelles peintures ne rejetaient pas complètement la profondeur, leurs surfaces étaient relativement planes et minimales. Composées de grilles, de points et de formes géométrique simples, elles ont été conçues en tant qu’approche provisoire d’une description de l’espace visuel, et pour résister à la tentation de se fondre dans la transparence de formes reconnaissables. Tout en ayant l’apparence d’être parfaitement abstraites, elles correspondaient dans mon esprit à des esquisses indéterminées d’images demeurant cachées ou non réalisées – des diagrammes plutôt que des modèles. Nombre des œuvres de cette exposition de 2011 – surtout les toiles plus petites – figurent dans celle-ci.

 

Pour la présente exposition, Back to the Drawing Board (Reprise), j’ai ajouté à la sélection de réalisations antérieures une série d’œuvres sur papier et sur toile qui poursuivent et poussent de l’avant l’exploration de cette nouvelle approche. Ces œuvres plus récentes jouent avec des structures formelles nées d’un ensemble d’éléments ayant pour thème la construction architecturale. Dans les peintures, les structures agissent comme des monuments au travail qu’a requis leur réalisation, avec leurs surfaces profondément marquées traçant un vaste parcours de fabrication en palimpseste. Ces peintures ont été amorcées sans l’aide d’études préliminaires, trouvant leur forme ultime au moyen d’un processus dialectique de marquage, d’effacement et de remarquage. Les dessins réduisent les matériaux de construction à des sortes de tiges linéaires, épousant un arc de création où chaque configuration dépend des caractéristiques de sa forme antérieure, tandis que la structure dynamique oscille entre un état de destruction et de création.

 

Un seul motif traverse l’exposition; il s’agit d’une palette prescriptive : le vert de ces œuvres est une allusion au tableau de classe, au tapis à découper et à l’écran vert – des surfaces pour l’apprentissage, pour la résolution de problèmes, pour la combinaison d’idées et pour imaginer. Servant de support pour des opérations de toutes sortes, ce type de surface semble indiqué pour la démonstration de procédures mécaniques, ce qui décrit précisément la manière dont j’ai imaginé ces œuvres. Bien qu’elles soient composées d’actions improvisées, elles adoptent une logique méthodologique qui accentue simultanément les qualités optiques et tactiles des constructions.

 

 
Ce qui m’intéresse tout particulièrement avec cette nouvelle production est son attitude envers l’action créatrice, où l’acte de construire (de transformer des matériaux) est effectué de manière impromptue. De cette façon, l’acte de peindre ou de dessiner s’accomplit en parallèle à l’acte mental de solutionner le problème de la construction de chacune des structures, un peu comme on procède à la formulation d’une équation au tableau. Je considère que les directions a priori opposées de cette série – abstraite et figurative – soutiennent la même recherche depuis les deux extrémités du vaste spectre de la création d’images; chacune tentant, en quelque sort, de se frayer un chemin vers l’autre. Ces peintures et ces dessins sont en somme inspirés, du moins en partie, de mon désir de réconcilier les deux modes, avec l’espoir d’en tirer des résultats stimulants.

 

 

 

 

 
Notes biographiques : Dil Hildebrand est né en 1974 à Winnipeg, Canada. Il est titulaire, depuis 2008, d’une maîtrise en beaux-arts de l’Université Concordia, Montréal. En 2006, il a remporté le prix du Concours de peintures canadiennes RBC, et a depuis participé à plusieurs expositions au Canada, aux États-Unis et à l’étranger notamment à Oboro, à la 4e Biennale internationale d’art de Pékin (2010), en Chine, au Musée d’art contemporain de Montréal, au Museum of Canadian Contemporary Art et à la Galerie de l’UQAM. Ses oeuvres se retrouvent dans les collections permanentes du Musée des beaux-arts du Canada, le Musée d’art contemporain de Montréal, la Banque d’oeuvres d’art du Conseil des arts du Canada, la Banque de Montréal, la Banque Royale du Canada, Bennett Jones LLP, Osler Hoskin & Harcourt LLP et McCarthy Tétrault LLP. Dil Hildebrand vit et travaille à Montréal.

 
 
 
 

Glenda León

Dirigir las Nubes (Dirigir les nuages)

Cliquez ici pour voir la vidéo sur le site de Glenda León.

 
Pierre-François Ouellette art contemporain
372 Ste-Catherine Ouest #216
Montreal, Québec 
H3B 1A2
Canada
 
 
 
Œuvre : Cranking 2011, huile sur toile
30,5 x 25,5 cm (12″ x 10″)

m

m