Le bilan 2011 en arts visuels / Le Vadrouilleur urbain

 

 
Pour une troisième année consécutive, voici un court bilan de notre année 2011 en arts visuels.
 
 
 
 
 

Photo : Sylvain Boucher
 
 
 
Pour une troisième année consécutive, voici un court bilan de notre année en arts visuels. Mon premier coup de cœur revient à l’événement Art Souterrain pour sa formule efficace,et intelligente avec  une équipe savamment documentée. Ce rendez-vous annuel est déjà un incontournable et, hors institution, un des plus importants en Amérique du nord. Voire, le plus grand événement installatif au Canada. Sa richesse repose essentiellement sur un désir simple et essentiel : aller à la rencontre du public, envahir les temples de la consommation et de l’utilité courante, afin d’enrichir notre train-train visuel. L’actualité en images 2011
 
 
Prochaine édition Art Souterrain 25 février – 11 mars 2012
 
 
 
 
 

Photo: Sylvain Boucher
Façade du Chapiteau / Quartier des spectacles en 2011
 
 

Mon second coup de cœur: Papier 11, hors mis quelques conférenciers qui tentaient tant bien que mal de nous prêcher les vertus d’une acquisition, (leurs discours souvent complaisants et anecdotiques parvenaient difficilement à stimuler notre imagination). Mis à part ce petit bémol, l’événement en lui-même fut une ode au printemps , que dire d’autre? ; Enrichissant, intelligent, piquant, somptueux, raffiné, valorisant et explosif – sans compter que le chapiteau avait la plus belle robe de papier du grand Montréal., En s’ouvrant sur un domaine tout intérieur, Papier 11 nous a invités à faire connaissance avec les meilleurs artistes et galeristes de la province. Inventer du nouveau sans faire table rase mais en faisant les choses différemment,  une édition réussie!

 

L’Actualité en images / Papier 11 /

 

Papier 11, une foule record, un succès triomphal.

 

 

La crise de vertu
du Vadrouilleur urbain
 
 
 

En décembre dernier, j’ai été pris d’une soudaine crise de vertu. J’ai voulu, dénoncer au passage une certaine complaisance du milieu en ce qui concerne l’étanchéité des médias électroniques versus nos clients galeristes et le cumule des fonctions (Le conflit d’intérêt et les médias électroniques). Cette crise, aucunement inspirée par la finale d’occupation double, visait tout simplement à rappeler quelques principes essentiels pour conserver l’indépendance des médias électroniques. En dehors de quelques remontées d’orgueil, myopies obsessionnelles, et quelques errances décousues qui nous invitaient aimablement à fermer nos gueules, nous avons reçu malgré tout plusieurs appuis appréciables et appréciés. Tant mieux! et souhaitons Briser le cercle de l’éternel retour, c’est possible!.

 
 

Jean-Philippe Joubert
(directeur Artistique)
réplique
à Nathalie Elgrably-Lévy
du Journal de Montréal
 

En mai dernier, une sortie de Nathalie Elgrably-Lévy du Journal de Montréal a fait sursauter le directeur artistique Jean-Philippe Joubert. « Parlez de sujets moins souvent abordés et dans une forme artistique qui fait appel à d’autres schèmes de pensées que les spectacles rentables auxquels vous faites référence » répliqua le jeune directeur artistique, avec une argumentation bien ficelée soulignant au passage les quelques incohérences de Madame Elgraby- Lévy (ici).

 

 

 

Pour l’ensemble de l’année, coup de chapeau à l’Université du Québec À Montréal. Celle-ci a su démontrer une fois de plus toute la richesse et le foisonnement qui l’anime, de plus en plus., Jusqu’à sa toute dernière exposition « Norman Slater Leçons de design au Centre de design de l’UQAM » qui se tiendra jusqu’au 22 janvier.

 

 

 

Dans ce bilan , également, un clin d’œil particulier à la Ville de Québec et ses institutions en arts visuels telles que , L’Œil de Poisson (Un trio inspiré à l’Œil de Poisson), Inter Lieux « Jean-Marc Mathieu-Lajoie » ainsi que la Chambre Blanche (Duets de Pablo Rasgado à la Chambre Blanche) . Ces lieux ont réussi à stimuler l’image des arts visuels en trouvant des angles pertinents. Amplifier le rayonnement en simplifiant par une approche intelligente, voila la clef de leur réussite. Bravo !

 

 

 

 

Notre autre Coup de cœur revient au commissaire de l’exposition Voices of Fire, Benjamin Klein., cette capacité de Bondir entre l’anecdote et, la théorie et de danser sur cette frontière rend Benjamin unique. Voir « Conférence réussie à la galerie sas».

 
 
 
 
 
En un clic
m
 
 
Afin de vous faire profiter des échos de notre chroniqueur Damien Fière , nous avons réuni en un seul clic tous les billets d’humeur de notre passionné d’arts. Damien travaille avec une indépendance d’esprit jamais anesthésiée par la notoriété des personnages ou des institutions, ni par des poncifs reproductibles et convenus. Il suit un itinéraire qui lui est propre et le partage avec nous, en donnant une vision juste et honnête du monde qui l’entoure.  
 
 
 
 
Le Gala… LES LAURÉATS / GALA DES ARTS VISUELS (AGAC)
 
 
 
 
 

 
 
À voir en 2012…

Documentaire

dLéa Pool
 
 
 
Le documentaire « L’industrie du ruban rose » prendra l’affiche dans plus de 20 cinémas à l’échelle du Canada, à compter du 3 février 2012. L’Office national du film du Canada (ONF) a d’ailleurs publié la bande-annonce et l’affiche en prévision de cette sortie en salle.
 
 
 
Chaque année, des milliers de gens marchent, courent et consomment pour appuyer la cause. On amasse des millions de dollars, mais où va réellement tout cet argent et à quoi sert-il exactement?
m
m
m