José Luis Torres signe une oeuvre pour la bibliothèque de Saint-Henri

Le sculpteur magnymontois José Luis Torres vient de livrer une œuvre d’intégration pour la bibliothèque municipale de Saint-Henri-de-Lévis.

Installée le 4 octobre dernier, la sculpture est composée de quatre hauts-reliefs en acier inoxydable intégrés à la façade du bâtiment qui accueille depuis peu la collection municipale. En effet, la bibliothèque était jadis logée dans des locaux de l’école primaire de Saint-Henri et elle a été relocalisée dans un édifice réaménagé à cette fin par la municipalité avec l’aide de subventions gouvernementales.

Afin de réaffirmer et d’appuyer la fonction du lieu, l’artiste a proposé une œuvre intitulée La collection. « Une collection est un lieu autobiographique, le répertoire intime d’un univers imaginaire. Elle sert de miroir, de prothèse, de bouclier ou d’écran. Le collectionneur raconte son histoire en se racontant des histoires. […] La collection est à la fois système, architecture, organigramme et organisme », peut-on lire dans le texte soumis par l’artiste.

L’œuvre évoque à la fois des boîtes où déposer de précieux objets et les objets collectionnés eux-mêmes. L’artiste y exploite la construction de la mémoire, l’accumulation de souvenirs, des thèmes qui lui sont chers. Des photos de l’œuvre et le texte complet en expliquant le concept sont disponibles au http://www.joseluistorres.ca sous l’onglet art public.



José Luis Torres est né en Argentine. Il détient un baccalauréat en arts visuels, une maîtrise en sculpture et une formation en architecture ainsi qu’en intégration des arts à l’architecture. Il vit et travaille au Québec depuis 2003.

Son travail a été exposé dans une trentaine de villes canadiennes et une dizaine de pays. Ses œuvres se retrouvent dans des collections publiques et privées à travers le monde.

m

m

Le site

m

m
 
 
 
 
 

À l’affiche

 
 
 
APPEL DE DOSSIERS D’ARTISTES
Œuvres recherchées
m
m
Nous sommes à la recherche d’œuvres constituées d’images qui n’ont pas été prises par une personne regardant par le viseur d’un appareil photo, mais qui ont fait appel d’une manière quelconque aux possibilités automatiques de l’appareil pour leur captation, et ce parfois même sans aucune intervention humaine.
 
 
Ces images peuvent recourir au contrôle à distance, aux détecteurs, à la télévision en circuit fermé, à la webcaméra et à Internet. Elles peuvent comporter l’utilisation d’ordinateurs, de robots, de drones ainsi que de l’appareil photo. L’œuvre achevée peut être murale ou prendre la forme d’une installation, d’une vidéo ou d’un projet Web, mais la priorité sera accordée aux œuvres de nature photographique. Nous sommes à la recherche de travaux qui défient l’idée que nous nous faisons de la relation entre le photographe et la photographie, et entre la technologie et l’humain.
 
 
 
 
Envoi des dossiers
Faites parvenir vos dossiers selon les directives (en français ou en anglais) par courriel seulement à : soumission2013@moisdelaphoto.com

 

Vous avez jusqu’au 21 novembre 2011.

 

 

Les directives

m
(ici)
m
m