David Manseau et Caroline Kelley / Les Territoires

#2000, avenue Viger. Montréal, édifice, gouache, graffiti, 2010-11
 
 
À L’ÉCHELLE DE LA VILLE
m
David Manseau
 
 
 
Du 23 septembre 8 octobre 2011
 
 
 
Vernissage
Jeudi 22 septembre à 18 h
 
 
 
 
Le projet Grey Scale est constitué d’une série d’interventions sur la façade de bâtiments abandonnés de la ville de Montréal. Avec de la peinture, David Manseau transpose l’échelle de gris – outil de référence photographique – sur les panneaux des fenêtres placardées, la transformant ainsi en un motif visuel. À la suite des interventions sur les façades, il documente en photographie l’évolution de l’état hors-norme des bâtiments désaffectés jusqu’à leur remise en fonction par rénovation ou par reconstruction. Au même titre que le papier photographique, il considère les façades comme des surfaces d’inscription qui accumulent des traces d’histoire depuis le moment de leur abandon. Ainsi, ses recherches portent un regard sur l’architecture urbaine comme prétexte pour réfléchir à la mécanique de production et d’interprétation de l’image photographique.
 
 

Après avoir étudié la photographie, l’histoire de l’art et les arts visuels, David Manseau complète actuellement une maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQÀM. À l’aide de différents médiums tels que la photographie, la performance, la vidéo et l’installation, il a développé une pratique multidisciplinaire de la photographie. Au cours des dernières années, il a obtenu plusieurs bourses d’excellence et de recherches académiques. Il vit et travaille à Montréal et ses œuvres ont été présentées au Québec, à Toronto ainsi qu’en Italie.

Arctic Circle, vue de l’installation
 
 
TERRA INCOGNITA
 Stories of Imaginary Places
 
Caroline Kelley
 
 
Cette exposition regroupe trois projets autobiographiques qui traitent tous des notions de voyage, de tourisme et d’exploration. Elle interroge l’utilisation problématique de la photographie et du journal intime comme outils documentaires dans la création d’un souvenir soi-disant authentique. Le titre, Terra Incognita, s’inspire du terme latin « terre inconnue » ; en d’autres mots, d’un territoire qui n’est pas encore cartographié. Ces mots évoquent également une métaphore de l’inexploré : d’un inconnu profondément enraciné dans l’imaginaire.
 
 

 
En 2000, Caroline Kelley termine une maîtrise en beaux-arts à la New York Academy of Art. Depuis 2008, ses différents projets ont été exposés aux États-Unis et en Europe. Elle est récipiendaire de nombreux prix, dont celui de la fondation de la famille Cliff Lede du Banff Centre for the Arts et de la fondation Joan Mitchell du Santa Fe Art Institute. Elle enseigne présentement au département du Métiers du Livre à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense à Paris. Elle participe également au journal /thirdspace: a journal of feminist theory & culture/, partageant son temps entre Paris et Montréal.
 
 
 
 
Les territoires
372, rue Sainte-Catherine Ouest, suite 527
Montréal, QC
H3B IA2 
 
 

 

esse arts + opinions, publiée trois fois l’an par les éditions esse, est une revue d’art actuel bilingue couvrant les diverses pratiques disciplinaires et interdisciplinaires (arts visuels, performance, vidéo, théâtre expérimental, cinéma d’auteur, musique et danse actuelles) et toutes formes d’interventions à caractère social, in situ ou performatif. Elle privilégie les analyses qui abordent l’art en relation avec le contexte (géographique, social, politique ou économique) dans lequel il s’inscrit.

 
 
Abonnement
m

m
(ici)
m
m